Produit CORSU E RIBELLU

X

L’engagement de l’Association Umani qu’animent Jean-François Bernardini et son équipe est désormais bien connu en Corse où elle apporte un élément essentiel du dénouement de la crise historique que traverse notre peuple. En effet, la situation est arrivée à maturité et on peut la résumer ainsi : la Corse, dans des difficultés majeures, veut dans sa très grande majorité des réformes de son statut politique et, pour l’heure, l’Etat est totalement fermé à ces revendications légitimes et surtout démocratiques.

Il n’est nul besoin d’être un politologue averti pour comprendre que l’heure du conflit approche si l’Etat ne modifie pas son attitude. Alors, comment passer de la revendication à la réalisation des objectifs insulaires, sans passer par la violence ? On ne saura pas surpris que le MAM (mouvement pour une alternative non-violente) et son organe d’expression « Alternatives non-violentes » dont le rédacteur en chef est François Vaillant propose une solution qui exclue la violence mais aussi la passivité, implique l’engagement populaire soutenu et est garante de la bonne fin du processus, sans traumatisme inutile et aggravation des fractures qui rendraient difficiles la paix, la rééducation civique d’abord puis la guérison progressive de la société.

C’est peut-être par hasard que l’Università di a No-Viulenza s’est tenue le 13 juillet 2013 à la Maison des Associations à Aleria. En 1975, dans ce village, l’intransigeance et les provocations de l’Etat dont le dossier était indéfendable en l’espèce –le dossier de la viticulture coloniale frelatée- ont conduit à un affrontement qui s’est soldé par la mort de deux gendarmes et une blessure très grave chez un manifestant ; sans préjudice du recours à une justice d’exception, des condamnations et d’un trouble grave de la société Corse dont nous voyons aujourd’hui le triste bilan : plus de 10 000 attentats, des milliers d’années de prison distribuées, plus de 200 morts, sans aucune solution politique à ce jour. Le mépris affiché des revendications du peuple Corse, la répression rendaient la révolte inévitable.

Le choix d’Aléria pour souligner la force et l’intérêt de la non-violence est particulièrement judicieux, pertinent et indicatif de la voie à suivre. Des intervenants comme Jf Bernardini, François Vaillant, Elizabeth Maheu, Jean-Charles Adami ont animé la session avec des informations, des démonstrations éducatives, des débats auxquels ont participé plus de 100 personnes, particulièrement motivées et curieuses. Il est certain que une journée placée sous les patronages éminents de Gandhi, Martin Luther King est la garante d’une recherche permanente de la vérité et le témoignage que la non-violence n’est synonyme ni de passivité ni de renoncement, bien au contraire.

Blog Dr Edmond Simeoni

 

(…)

Revue de Presse et suite de l’article  : 

sur Corse Matin, sur Alta Frequenza, sur RCFM, Sur Corsica, Sur le Journal de la Corse, Sur Paroles de Corse
Sur Alcudina, sur Corsica Infurmazione/Unità Naziunale, sur France 3 Corse, Sur Corse Net Info (CNI)

Corsica Infurmazione: l’information de la Corse, des Réseaux sociaux et des Blogs politiques [Plateforme Unità Naziunale]