#Corse « Jean-Michel Seni, un agriculteur jeté à la machja : un drame du foncier »

Jean-Michel Seni et sa famille sont depuis le mardi 28 mai 2013, sous le coup d’un arrêté d’expulsion par la force publique, de sa demeure natale et de son exploitation agricole ancestrale. L’agriculteur a été débouté aujourd’hui par le tribunal administratif de Bastia de sa demande de suspension de cet avis.

L’affaire date de 2007, lors d’une vente aux enchères familialement organisée pour liquider la succession du domaine de 200 hectares de Rovani, à Coghja. Contre l’usage local et par delà le respect du principe de patrimonialisation familiale de ce domaine, Patrice Scatena, un frusteru, enseignant à Mayotte, se porte acquéreur. Depuis l’agriculteur Jean-Michel Seni s’oppose à cette acquisition. Il vit depuis sa naissance et travaille depuis 1987 sur ce domaine agricole que sa famille exploite depuis des générations. Une quarantaine de bovins paissent sur ces terres qui, face au golfe de Sagone, abritent également 500 oliviers et un moulin à huile. Après avoir obtenu gain de cause en avril 2010, l’agriculteur est débouté en appel, en Octobre 2011.Par ordre préfectoral, un huissier est habilité à intervenir en recourant à la force publique, c’est-à-dire à « forcer » manu militari la famille dont la mère de Jean-Michel Seni, âgée et malade, à quitter les lieux avec le concours de gendarmes et gardes mobiles !

Ce lundi 8 juillet au tribunal administratif de Bastia, Patrice Scatena a demandé « d’éradiquer » les 40 bovins de Jean Michel Seni, les jugeant « bêtes dangereuses à abattre « . Demande laissant peu entrevoir une réelle volonté de maintenir l’exploitation sur le domaine de Rovani. De même le traitement barbare qui a déjà été réservé à des oliviers de l’exploitation (voir photo) ! Des oliviers tricentenaires ont étés ratiboisés ! L’argumentaire et le ton méprisant de Patrice Scatena au tribunal administratif de Bastia ce lundi 8 Juillet nous a renvoyés aux temps sombres des colonies !

Dans ce contexte, une famille est sur le point d’être spoliée de son patrimoine et de son outil de travail, déracinée « légalement » malgré elle-même et par la force, de ses repères terriens et générationnels.

Rinnovu naziunali s’indigne de cet abus de pouvoir et de cette application coloniale de la loi française au regard de la légitimité du droit de propriété mis en avant par Jean-Michel Seni et sa famille.

Seul Rinnovu naziunali a apporté son soutien à cette famille durant ces 6 années de procédures, le reste des « forces patriotiques du mouvement national » sont restées étrangement muettes et les instances agricoles ne se sont que très peu mobilisées.

A l’heure où la problématique du foncier prend tout son sens et est en voie de trouver une réponse consensuelle dans l’hémicycle de l’Assemblée territoriale de Corse, ce drame du foncier vécue par une famille ne peut laisser nul corse ni nul citoyen indifférent.

Strada diritta è resistenza sin’à a vittoria !

Rinnovu Naziunali

(…)

by @Lazezu 

Revue de Presse et suite de l’article  : 

sur Corse Matin, sur Alta Frequenza, sur RCFM, Sur Corsica, Sur le Journal de la Corse, Sur Paroles de Corse
Sur Alcudina, sur Corsica Infurmazione/Unità Naziunale, sur France 3 Corse, Sur Corse Net Info (CNI)

Corsica Infurmazione: l’information de la Corse, des Réseaux sociaux et des Blogs politiques [Plateforme Unità Naziunale]

Produit CORSU E RIBELLU

bandeauribelluteeshirt (1)

Produits à partir de 13e

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
error: