Produit CORSU E RIBELLU

X

(Unità Naziunale – Publié le 20 avril 2018 à 13h33) La dernière déclaration d’ETA est annoncée par plusieurs acteurs politiques pour le premier week-end du mois de mai. Dans ce contexte, l’organisation indépendantiste a envoyé à plusieurs rédactions dont celle de MEDIABASK un communiqué daté du 8 avril 2018 et rendu public ce vendredi. Un an après le désarmement de Bayonne, et avant la fin de son parcours, elle reconnaît les préjudices causés tout au long de son histoire. (Lire la suite ici)


ETA au peuple basque : déclaration sur les dommages causés

ETA, organisation socialiste révolutionnaire basque de libération nationale, veut reconnaître à travers cette déclaration les dommages causés tout au long de son parcours armé, et manifester son engagement pour dépasser définitivement les conséquences du conflit, afin que cela ne se reproduise pas.

Pendant ces décennies, notre pays a connu beaucoup de souffrances : des morts, des blessés, des personnes torturées, séquestrées ou contraintes à fuir à l’étranger. Une souffrance démesurée. ETA reconnaît la responsabilité directe qu’elle a eue dans cette douleur, et souhaite déclarer que rien de tout cela n’aurait jamais dû se produire ou que cela n’aurait pas dû se prolonger autant dans le temps, car ce conflit politique et historique aurait dû trouver une solution démocratique juste depuis longtemps. De fait, la souffrance régnait dans notre pays avant la naissance d’ETA, et elle existe encore après l’abandon de la lutte armée par ETA. Les générations qui ont suivi le bombardement de Gernika avions hérité de cette violence et de ce poids, et il nous revient de transmettre aux générations futures un tout autre avenir.

(…)

Pays Basque, le 8 avril 2018

Euskadi Ta Askatasuna

E.T.A*Lire la suite sur MEDIABASK


 

Nous sommes conscients que pendant cette longue période de lutte armée nous avons provoqué beaucoup de douleurs, et beaucoup de dommages qui ne peuvent être réparés. Dans la mesure où les préjudices subis l’ont été en conséquence du conflit, nous voulons exprimer du respect envers les morts, les blessés et les victimes des actions d’ETA. Nous en sommes sincèrement navrés.

À la suite d’erreurs ou de mauvaises décisions, ETA a également provoqué des victimes étrangères au conflit, tant au Pays Basque qu’ailleurs. Nous savons que, contraints par les besoins de toutes sortes liés à la lutte armée, notre action a engendré des préjudices à des citoyens et des citoyennes qui n’avaient aucune responsabilité. Nous avons également provoqué des dommages graves sans retour possible. A ces personnes et à leurs familles, nous leur demandons pardon. Ces mots ne résoudront pas ce qui est arrivé, et ne calmeront pas la douleur. Nous le disons avec respect, sans intention de provoquer davantage de peine.

Nous comprenons que de nombreuses personnes considèrent et affirment que notre action a été inacceptable et injuste, et nous le respectons, car on ne peut forcer personne à dire ce qu’il ne pense ou ne sent pas. Pour beaucoup d’autres, même sous-couvert de la loi, les actions menées conjointement par les forces de l’Etat et celles de la Communauté autonome sont totalement injustes, et ces personnes non plus ne méritent pas d’être humiliées. Dans le cas contraire, cela reviendrait à dire qu’il y a eu des dommages justes que l’on pourrait applaudir. ETA, en revanche, a une autre position : si seulement rien de tout cela n’était arrivé, si seulement la liberté et la paix s’étaient installées au Pays Basque depuis longtemps.

Personne ne peut changer le passé, mais le pire qui pourrait arriver serait d’essayer de le défigurer ou d’occulter certains épisodes. Reconnaissons tous notre responsabilité et le mal causé. Bien que nous ne partagions pas le même point de vue ni les mêmes sentiments, nous devrions tous reconnaître, avec respect, la souffrance vécue par l’autre. C’est cela qu’ETA souhaite exprimer.

Précisément, au regard du futur, la réconciliation est une des tâches que nous devons mener au Pays Basque, et dans une certaine mesure, c’est déjà en train de se faire avec honnêteté entre les citoyens. C’est un exercice nécessaire pour faire émerger la vérité de façon constructive, guérir les blessures et construire des garanties pour que cette souffrance ne se reproduise plus. Une solution démocratique du conflit politique permettra de construire la paix et d’obtenir la liberté au Pays Basque. Pour éteindre définitivement les braises de Gernika.

 

 


Note explicative d’ETA concernant la déclaration sur les dommages causés

Nous sommes pleinement conscients que la société basque n’a pas besoin et ne souhaite pas un exercice de cynisme ou d’hypocrisie. C’est la raison pour laquelle ETA a essayé de réaliser sa déclaration sur la base de l’honnêteté  et du respect total. Nous croyons sincèrement que les citoyens basques aspirent à enraciner le vivre-ensemble, sans oublier le passé, mais sans non plus conditionner l’avenir ; avec une envie d’aborder les débats en cours dans des conditions démocratiques et dans le respect mutuel. Nous n’avons pas besoin, nous ne voulons pas d’un futur sans passé, mais nous ne voulons pas non plus d’un passé sans futur. Malheureusement, ceux qui ont des intérêts politiques autres s’efforcent de compliquer la situation, jusqu’au point de dévaloriser ou défigurer toute avancée. Malgré tout, ETA considère qu’il faut continuer à aller de l’avant, c’est pourquoi elle a mené le débat sur son cycle historique et rend publique cette déclaration sur les dommages causés.

(…)

Pays Basque, le 8 avril 2018

Euskadi Ta Askatasuna

E.T.A Lire la suite sur MEDIABASK


 

ETA veut souligner que l’Organisation a revendiqué toutes les actions qu’elle a réalisées dans ses communiqués réguliers, dans lesquels les militants d’ETA ont assumé la responsabilité collective. ETA a déjà fait état de ce qu’elle a fait. Il nous paraît important de le souligner, puisqu’aujourd’hui encore, de nombreuses actions violentes produites au Pays Basque ne sont assumées par personne, clarifiées par personne. Plus encore, les responsables de ses actions en ont nié la responsabilité. Le souligner nous semble important si nous voulons mener un exercice de vérité.

Etant donné qu’au Pays Basque il n’a pas été possible d’avancer dans une voie similaire aux processus de résolution d’autres conflits, il n’a pas non plus été possible de mettre en marche des cadres adaptés pour obtenir la vérité, la justice et la réparation. A la place de cela, certains ont préféré la « bataille du récit ». Il est regrettable qu’ils s’obstinent ainsi.

La vérité doit se faire. Cela viendra très certainement de l’impulsion de la société civile, des acteurs et des représentants institutionnels de bonne foi du Pays Basque. Les personnes qui travailleront en ce sens pourront trouver les informations disponibles à travers l’histoire d’ETA, et les militants d’ETA, selon leurs possibilités et de façon responsable, seront disposés à apporter leur contribution.

 

ETAk Euskal Herriari: eragindako kalteari buruzko adierazpena

ETAk, nazio askapenerako euskal erakunde sozialista iraultzaileak, bere ibilbide armatuan eragindako kaltea onartu nahi du adierazpen honen bitartez, eta bere konpromisoa azaldu gatazkaren ondorioak behin betiko atzean uzteko eta halakorik berriro ez errepikatzeko. Hamarkadotan sufrimendu asko egon da gure herrian: hildakoak, zaurituak, torturatuak, bahituak edo erbestera joan behar izan dutenak.

Gehiegizko sufrikarioa. Eta ETAk samin horretan izandako ardura zuzena onartzen du, eta halakorik inoiz ez zuela gertatu behar edo ez zela denboran hainbeste luzatu behar adierazi nahi du, gatazka politiko eta historikoak konponbide demokratiko bidezkoa aspaldi behar zuen-eta. Izan ere, ETA jaio aurretik samina zen nagusi gure herrian, eta ETAk borroka armatua utzi ostean ere oinazeak segitzen du. Gernikako bonbardaketaren ondorengo belaunaldiok bortxa eta arrangura hura heredatu genuen, eta guri dagokigu ondorengo belaunaldiek oso bestelako etorkizun bat jasotzea.

Kontziente gara borroka armatuaren garai luze honetan samin handia eragin dugula. Konponbiderik ez duen kalte asko ere. ETAren ekintzek eragindako hildako, zauritu eta biktimei, gatazkaren ondorioz kaltetuak izan diren heinean, errespetua agertu nahi diegu. Zinez sentitzen dugu. Akatsen ondorioz edo akats izan diren erabakiak hartu izanaren ondorioz, gatazkan parte-hartze zuzenik ez zuten biktimak ere eragin ditu ETAk, bai Euskal Herrian bai Euskal Herritik kanpo. Badakigu, borroka armatuaren mota guztietako beharrek bultzatuta, inolako erantzukizunik ez zuten hainbat herritar kaltetzera eraman gaituela gure jardunak. Atzerabiderik ez duten kalte larriak ere eragin ditugu herritarren artean. Haiei eta haien senideei barkamena eskatzen diegu. Hitz hauek ez dute gertatutakoa konponduko, ez eta mina arinduko ere.

Begirunez diogu, berriro ere inolako atsekaberik sortu nahi gabe. Ulertzen dugu askok guk egindakoa onartezina eta bidegabea izan dela ustea eta adieraztea, eta errespetatzen dugu, inori ezin baitzaio behartu pentsatu edo sentitzen ez duena esatera. Estatuaren indarrek zein hauekin batera jardun duten indar autonomistek egindako asko eta asko ere, legearen mozorroa erabili arren, erabat injustua izan da euskal herritar askorentzat, eta horiek ere ez dute umiliaziorik merezi. Bidezko kalte txalogarririk izan dela ulertu beharko genuke bestela.

ETAk, ordea, beste jarrera bat du: oxala ez balitz halako ezer inoiz gertatu. Oxala askatasuna eta bakea aspaldi errotu izan balira Euskal Herrian. Inork ezin du iragana aldatu, baina iragan hori desitxuratzea edo zati batzuk ezkutatzen saiatzea litzateke oraintxe etorkizunari begira egin ahal den gauzarik okerrenetakoa. Onartu dezagun guztiok izandako ardura eta eragindako mina. Ikuspuntu eta sentipen berberak ez izan arren, denok besteek ere izandako sufrimendua aitortu behar dugu, begirunez. Horixe adierazi nahi du ETAk.

Etorkizunari begira, hain zuzen ere, berradiskidetzea da Euskal Herrian egin beharreko lanetako bat, maila askotan zintzotasunez herritarren artean jadanik egiten ari dena. Beharrezko ariketa da egia modu eraikitzailean azaleratzeko, zauriak sendatzeko eta halako sufrikariorik berriro gerta ez dadin bermeak eraikitzeko. Gatazka politikoari konponbide demokratikoa emanez Euskal Herrian bakea eraiki eta askatasuna lortu ahalko dira. Gernikako sugarrak betirako amatatzeko.

Euskal Herrian, 2018ko apirilaren 8an

Euskadi Ta Askatasuna

E.T.A.