#Corse Retombées économiques ? Oui, sauf pour les Corses #TourDeFrance #CorsicaIsNotFrance

Pour connaitre l’impact économique du Tour de France, il faudra patienter jusqu’en octobre !! En effet l’Assemblée de Corse a mandaté une entreprise afin d’expertiser cet événement selon Marie-Hélène DJIVAS, Directrice Adjointe à la CTC.

Le Tour de France, toujours selon Marie-Hélène DJIVAS, c’est 3.5 millions d’Euro de « ticket d’entrée » pour l’Assemblée de Corse, puis s’ajoute l’entretien de son réseau routier voté par la CTC en 2011 et programmé en fonction du Tour de France, auxquels il faudra bien ajouter les dépenses des deux Conseils Généraux, et des villes étapes…

Quels sont les chiffres des dépenses de l’Assemblée de Corse, des Conseils Généraux, et des villes et villages,  qui ont du déboursé uniquement parce que le Tour de France passait chez eux ? Afin de rendre la corse, belle et présentable ? Ce sont des questions qui vont rester longtemps sans réponses officielles et vérifiables.

Selon Georges Mela (Dà leghje A PiaZZeTTa), Maire UMP de PurtiVechju, « Le coût est insignifiant comparé aux retombées économiques et médiatiques. Pour une ville de départ du Tour de France, il y a 15 millions d’euros de retombées économiques immédiates ». et de rajouter dans ce même thème « Mon idée est que la Corse fait partie intégrante de la nation française et de la République ».

Paul Giacobbi a déclaré : « Se faire connaître est stratégique. Pas par fierté, mais sur le plan économique, c’est capital. A la télévision, on ne va pas montrer uniquement des types en train de pédaler, sinon c’est très emmerdant. L’intérêt est de pénétrer le pays, de montrer des images de la Corse, sa diversité. »

A peine passé le deuxième jour de ce tour sur notre terre et bien avant le troisième jour, déjà la question se pose : « Ou sont les corses ? » (sur Corse Net Info) et la réponse fuse, « emprisonnés chez eux ». « On » peut raconter ce qu’il veut, il ne peut pas contredire les images de Rance Télévision, ce n’est pas l’affluence escomptée, déjà chez les Corses, mais aussi chez les PinZ.

Les coureurs et l’économie corses dopés ? C’est ce qu’affirme notre ami Panzonu dans son édito macagnolesque, une façon bien nustrale de remettre en question la pensée unique des organisateurs.

Du Pain et des Jeux ?

La Corse est belle, ses plages, ses montagnes, ses villages pittoresques et ses cochons sauvages passent en boucle à la télévision. « On » a dit qu’on y mange de la charcuterie, on y chante « Keurse » avec Patrick Fiori et les Muvrini, « On » affirme qu’on est gentil, accueillant et « On » répète à l’infini qu’on est content du Tour de France, content d’être français.

« On » nous explique qu’en termes de notoriété à l’international, le Tour de France qui passe en Corse, représente une vitrine idéale pour les villes traversées, 190 pays sont devant leur télévisions, 12 millions de téléspectateurs et autant de touristes potentiels, parce que quoi qu’il arrive, la Corse est, reste, et restera le Bronzodrome  du monde entier. « On » évite de parler des problématiques de la Corse, et pendant trois jours, « On » se gargarise que « tout va bien ».

Mais « on » oublie que mardi, ils seront tous partis, et que on sera de nouveau entre nous, au milieu des touristes et des détritus qui jonchent déjà les routes et villages traversés Tour de France. « On » espère que tout se passera bien pendant le Tour, après le Tour… Parce que « on » sait que les élections approchent.

Redorer son image, et francisé le discours
Puisqu’on vous dit que vous êtes français

Interdiction de revendiquer ou de perturber le Tour de France ! Tel est le mot d’ordre, et les forces de l’ordre sont là pour le faire comprendre à ceux qui n’ont toujours pas compris que la « Corse c’est la France » et ce, depuis Ponte Novu. Déjà que la Corse est la région de France(sic), la plus chargée en Policiers, militaires, gendarmes et DCRI, des renforts ont été acheminé afin de quadriller et de maintenir l’ordre, au point que, faire des bombages vous amènera directement en garde à vue.

« CORSICA IS NOT FRANCE, FRENCH GO HOMME »

Evidemment le Tour de France, ses caméras, ses relais de presse colonial, ne peuvent pas censurer les images en direct... Et les revendications passent un peu à la Télévision : bombages au sol et sur les murs « FLNC », « Libertà » ‘AFF », « CuuFFiCiaLiTà »… Drapeaux Testa Mora, qui quand ils ne sont pas distribués par le Conseil Général pour faire un peu « régional » ils sont portés fièrement le long du Tour, Drapeaux du Ribellu, représentant de la résistance corse face à l’occupant, drapeaux Basques du rapprochement pour leurs prisonniers… Une communication qu’il faudra mesurer…. Peu de drapeau tricolore, et beaucoup de drapeau du Sporting qui à gagné pacifiquement cette fois ci le derby des supporters… 

En attendant, nous autres indigènes nous n’avons eu droit qu’à un revêtement routier bien merdique, pardon « Bien Merzu », mais les coureurs eux peuvent bénéficier de route neuve… uniquement sur le parcours, tout autours les routes restent bien « Merze ».

le Tour de France, c’est rentable surtout pour les Organisateurs, la Caravane du Tour… 

Pour la Corse, 15 Millions d’euro sont annoncés rapidement en terme de retombées économique, mais cela est uniquement une estimation…

Le chiffre d’affaires du Tour pour la société organisatrice est estimé à 150 millions d’euros. France Télévision débourse chaque année près de 24 millions d’euros à ASO pour diffuser le Tour. Les villes qui accueillent une étape du Tour, que ce soit pour un départ, une arrivée ou les deux, doivent aussi payer un forfait à l’organisation du Tour de France. Pour une ville qui sera ligne de départ d’une étape, le forfait est d’environ 100 000 euros. Une ville qui reçoit la fin d’une étape doit payer 60 000 euros aux organisateurs.

A PortoVecchio, Chez Mr Mela, parmi les charges supplémentaires qui figurent au budget de cette année 2013 figure le départ du Tour de France, un coût estimé entre 500 000 et 600 000 euros, « cela va générer d’énormes retombées économiques de l’ordre de 15 millions d’euros » a précisé Georges Mela. Sans réel débat politique, le budget a été adopté par la seule majorité municipale, l’opposition à votée contre.

Pour figurer parmi les 37 marques présentes dans la caravane il y a deux solutions. Pour les partenaires officiels du Tour comme LCL, PMU, Skoda ou encore Vittel, la présence dans la caravane est incluse dans le contrat de sponsoring, elles ne payent donc rien en plus. Pour les autres marques, il faut payer 37 000 euros pour avoir quatre véhicules dans la caravane et 6 300 euros pour chaque véhicule supplémentaire.

Et qu’est ce qu’ils nous rapportent ces organisateurs ?

Les dépenses concernent donc la prise en charge et l’hébergement des équipes, la logistique ou encore la sécurité (partagée avec les pouvoirs publics). ASO verse également une compensation aux départements pour l’entretien des routes. Celle-ci s’élève à environ 250.000 euros, selon un membre de l’Association des départements de France (ADF).

Il ne faut pas oublier que la majorité des journalistes dorment sur un bateau de la Corsica Ferries… Et que les touristes arrivent dans des Camping CAR, des SACODOS et mangent des Tomates.

Sur Ajaccio, des réprésentants ont négocié le prix de 150 sandwich dans une boulangerie… Sinon dans ta vie ?

Il faut espérer qu’un organe de presse Corse fera de son cotés une véritable investigation afin de connaitre les retombées économiques et POLITIQUES de cet événement sportif mondial, et espérer que les pages ne seront pas collées, ou que la vidéo ne sera pas tronquée.

L’InFoX Officielle :

  • 1 400 lits sont réservés chaque jour pour l’organisation et les équipes sportives.
  • 700 médias différents représentant 35 pays sont présents sur l’épreuve et font appel à 2 300 journalistes, consultants, photographes… Ils travaillent pour 320 journaux, agences de presses ou sites Internet, 100 chaînes de télévision, 80 agences photos, 70 radios (dont 50 nationales). Des informations télévisées sur le Tour de France sont diffusées dans 195 pays du monde !
  • 3,5 milliards de téléspectateurs dans le monde regarderont les quelques  4 700 heures de diffusion sur les 60 chaînes télévisées qui émettent en direct. Plusieurs étapes (dont les trois étapes insulaires) sont produites en intégralité et en direct sur France Télévisions et sur le signal international (Eurosport).
  • 15 millions de visiteurs uniques sur Internet devraient regarder 140 millions de pages, en quatre langues différentes (français, allemand, espagnol, anglais).
  • 700 000 fans Facebook suivent le Tour de France.
  • 43 marques partenaires sont associées au Tour (dont 6 nouvelles en 2013), 4 partenaires « club », 9 partenaires « officiels », 6 partenaires « institutionnels et environnement », 1 partenaire « média », 14 « fournisseurs officiels », 7 partenaires « techniques » et 5 « Supporters Officiels » dont Air Corsica.
  • 12 millions de spectateurs seront sur le bord des routes de Porto-Vecchio à Paris : le Tour va être regardé par 38 nationalités différentes.

 

Produit CORSU E RIBELLU

bandeauribelluteeshirt (1)

Produits à partir de 13e

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
error: