X

Le 20 février 2013, à la salle des Congrès d’Ajaccio, une très importante assistance avait répondu à l’invitation de Albert Saladini, journaliste et grand reporter de France Télévisions ; en effet, celui-ci présentait un film sur Scandola, cette merveilleuse zone protégée de 80 hectares, sur la côte occidentale de la Corse et proche de Girolata ; il avait, avec son équipe, invité de nombreuses personnalités dont le président du PNRC, Jacques Costa, Jean-Marie Dominici qui est le responsable du personnel de la réserve ; ainsi que Rémy Boisset, le photographe sous-marin Dominique Antoni, le maire de Galeria, Monsieur Seité, le recteur de l’Académie de Corse Monsieur Barrat. J’avais été moi-même convié à cette projection.

Monsieur Saladini a évoqué les grandes figures des disparus : le commandant Cousteau, Hubert Falco, le chef des plongeurs de la Calypso ; il a aussi parlé de feu le Président Chiappini, du père du PRNC, François Giaccobi et il a laissé le public savourer le film.

Cette oasis maritime est minuscule à l’échelle de la mer : 80 hectares ; le trésor est hors de prix, porteur d’avenir et aussi très menacé. Le ballet des mérous -si familiers et si amicaux-, des corbes, des sars, des crabes, des crevettes, des murènes, des grandes nacres de Méditerranée sur un fond de failles impressionnantes, avec un corail tellement raréfié mais aussi une prolifération vitale des posidonies. Cet herbier nourricier, protecteur, source de vie, se balance gracieusement au gré des courants. Les plongeurs discrets, glissent dans des arabesques et nous font pénétrer dans un monde irréel, vertigineux, mais dont on comprend très vite qu’il n’est que la face immergée de la vie. Quelle féerie et quelle insertion de ce joyau dans une nature environnante à la beauté confondante !!!

Scandola est très menacée parce qu’elle est fragile. En effet, les balbuzards, les mérous –ils sont 700- et toutes les espèces de la zone protégée souffrent d’une hyper fréquentation : 4 000 000 de touristes dans l’île dont 700 000 pour Scandola !!!.
Le ballet des navires de découverte, des plaisanciers, des pêcheurs donne le vertige ; si on y ajoute les imprudences, les violations trop fréquentes de la réglementation, le braconnage, on comprend sans peine que Jean-Marie Dominici avec un budget de 250 000 euros et une équipe restreinte de gardes, a toutes les peines du monde à contenir la déferlante. Leur action est très positive ; faite de sensibilisation, d’éducation mais aussi de répression, elle a permis, en 30 ans une progression remarquable de la diversité, au prix d’efforts exceptionnels et d’une intensité de travail peu commune.

En fait, Scandola pose le problème de la qualité de tourisme que nous voulons pour la Corse ; il est le chef de file du GR 20, du PNRC, de l’ensemble du littoral, de l’intérieur exceptionnel de l’île. La Corse ne doit pas être mise sous cloche, ce qui serait impossible mais elle ne saurait s’accommoder sans dommages d’une fréquentation trop massive, peu respectueuse des sites, de la culture, et …des lois.

Le peuple Corse doit prendre conscience des enjeux considérables du développement qui ne saurait être que durable. Il doit effectuer des choix, établir des priorités, rationnaliser sa gestion –une taxe modulable de 1 euro, pour visiter Scandola serait normale- ; la nature l’a pourvue de tels atouts, de tant de cartes exceptionnelles –la mer, la montagne, l’intérieur, la culture, la gastronomie, l’Université, la Diaspora…- que l’avenir de cette île est entre nos mains ; non pas pour en faire égoïstement un sanctuaire mais pour en faire un lieu d’authenticité, de communion, de partage équitable, de paix. L’implication du Rectorat de la Corse qui distribuera dans toutes les classes de l’île le DVD de Scandola est un gage sérieux sur le plan éducatif et de la sensibilisation des enfants.

Ce film est une entreprise qui est bien sûr une ode à la beauté, à la poésie mais plus encore un acte de foi en une Corse émancipée, modeste et largement ouverte sur la Méditerranée, l’Europe et le Monde. Je n’ai jamais eu de doute sur la capacité de la Corse à rester authentique et à épouser une modernité respectueuse.
Merci à tous les protagonistes connus et inconnus de cette démarche ; elle a vocation à être exemplaire et emblématique.

 Docteur Edmond Simeoni 

(…)

by @Lazezu 

Revue de Presse / Lire la suite de l’article  : 

sur Corse Matin, sur Alta Frequenza, sur RCFM, Sur Corsica, Sur le Journal de la Corse,
Sur Alcudina, s
ur Corsica Infurmazione/Unità Naziunale, s
ur France 3 Corse, Sur Corse Net Info (CNI)

Corsica Infurmazione: l’information de la Corse, des Réseaux sociaux et des Blogs politiques [Plateforme Unità Naziunale]

à suivre sur  l'application android Unità Naziunale ou bien sur ce lien mobile (Apple, tablettes...)