Produit CORSU E RIBELLU

X

Après l’attentat qui a soufflé le magasin Leroy-Merlin, Charles Capia parle. Parole d’un chef d’entreprise qui ne veut pas baisser les bras. Parole d’un homme qui relève la tête. Au nom de l’économie corse

Il a 71 ans, Charles Capia. Son associé, Noël Devichi en a 72. Ils sont issus du même village. Cela fait trente-cinq ans qu’ils travaillent ensemble. Ils sont corses. Leur route, ils l’ont tracée eux-mêmes. Préférant le lisible de l’enrobé au béton mal armé.

Le 13 mars dernier – sans aucune revendication à ce jour – le magasin Leroy-Merlin volait en gravats, pulvérisé par une charge explosive suffisamment puissante pour faire plus que des dégâts. Faire du mal. Aux cent cinquante personnes dont l’embauche avait été actée en toute traçabilité. À un bassin de population – 100 000 habitants – qui attendait de voir sortir de terre ce Leroy-Merlin, jumeau de celui existant à Bastia. Depuis le 13 mars dernier, 20 h, le roi est mort, l’enchanteur avec.

Charles Capia, le promoteur et actuel gérant de la société Parc d’activités de Mezzavia, refuse de baisser les bras. Désenchanté, oui, lui qui confie avoir pris un coup sur la tête. Mais pas tout à fait désarmé. Car il lui reste une double conviction. Celle de l’entrepreneur qui continue de penser que le projet est justifié. Celui de l’homme qui va reprendre son bâton de pèlerin pour reconstruire. Au nom de la Corse.

Vous confirmez aujourd’hui que le magasin sera rasé ?

Il le sera. Nous sommes en train de passer le marché de démolition sous le contrôle des experts d’assurance, le premier étant celui de la compagnie d’assurance, le second, un expert d’assuré – Jean-Michel Tauziat – que j’ai choisi pour mon propre compte. La démolition se fera par broyage avec de gros engins qui viendront de Marseille. Ce sera moins spectaculaire qu’une implosion qui aurait demandé dix semaines de chantier et, au-delà surtout, des mesures de sécurisation dignes d’un grand barnum pour le même résultat. Dans le cas de la démolition par broyage, il faudra douze semaines de travail.

(…)

by @Lazezu 

Revue de Presse et suite de l’article  : 

 sur Corse Matin, sur Alta Frequenza, sur RCFM, Sur Corsica, Sur le Journal de la Corse,
Sur Alcudina, s
ur Corsica Infurmazione/Unità Naziunale, s
ur France 3 Corse, Sur Corse Net Info (CNI)

Corsica Infurmazione: l’information de la Corse, des Réseaux sociaux et des Blogs politiques [Plateforme Unità Naziunale]