Produit CORSU E RIBELLU

X

(Unità Naziunale – Publié le 14 avril 2018 à 19h50) Le ballet ministériel annoncé par Matignon se poursuit sans le moindre signe de remise en question de la politique du gouvernement français vis-à-vis de la Corse : réforme constitutionnelle très éloignée de l’exercice du pouvoir législatif voulu par l’Assemblée de Corse, recentralisation de l’action publique au profit de la préfectorale, application indifférenciée de la politique d’Emmanuel Macron dans tous les domaines.

La visite du ministre Jacques Mézard, en charge de la « cohésion des territoires », n’a pas dérogé à la règle.

Invités à rencontrer le ministre, au titre des groupes politiques de l’Assemblée de Corse, nous avons décliné l’invitation.

En amont de la venue de Jacques Mézard, cette attitude de défiance se justifiait par l’attitude de mépris de Paris à l’égard de l’expression démocratique en Corse. Le texte de l’article 72-5 consacré à la Corse, désormais rendu public, ne laisse plus de place au doute. Ce statut, élaboré par le gouvernement français de façon unilatérale, à l’issue de pseudo-négociations, ne permet en aucune façon à l’Assemblée de Corse de répondre aux attentes de notre peuple dans des secteurs stratégiques : foncier, fiscalité, langue, emploi, développement économique et social…

Les messages véhiculés par Jacques Mézard ne font que nous conforter dans notre analyse.

Au menu des principales annonces :

  • En matière foncière – malgré les contorsions sémantiques du ministre (« débloquer des situations ubuesques »), réaffirmation de la doctrine du gouvernement français : « aménager » la loi Littoral afin de « libérer du terrain à construire ». Cette vision va à rebours de la volonté de l’Assemblée de Corse de mettre en œuvre des mesures de sauvegarde du patrimoine foncier. Nous nous y opposerons.
  • Pour le logement social – mise en œuvre de la politique d’austérité assumée par Emmanuel Macron avec une baisse drastique des moyens pour les offices de l’habitat (baisse des APL, hausse de la TVA pour la construction de logements sociaux).
  • Pour l’intérieur et la montagne – pas de remise à niveau des fonds (FNDT) dédiés à la politique de massif (cf. Corse Matin du 13/04)). Actuellement, 150.000€ pour le massif de Corse, respectivement 13.5 et 15.3 Millions pour le Jura et les Vosges, massifs de taille équivalente.

D’autres visites ministérielles sont programmées dans les prochaines semaines.

Sauf à ce que nous soit présentée au préalable une feuille de route politique prenant en compte la volonté exprimée massivement et démocratiquement par les Corses en décembre dernier, nous réitèrerons cette attitude de défiance et continuerons de consacrer notre foi et notre énergie à l’effort de redressement national, par les Corses et pour les Corses.

Pour le Groupe Corsica Libera

Son Président Petru Antone TOMASI