« Le coût de la #Corse »

La question des échanges globaux, et des flux financiers en particulier, entre l’île et le continent est plus complexe que ce qui ressort du simple compte rendu des dépenses de l’État en Corse

La publication par le Préfet et ses services des dépenses de l’État en Corse est un exercice utile, dont il convient de tenir compte. Tout aussi intéressant est de comprendre qu’il n’y a là que l’aspect particulier d’une question plus large : celle de la globalité des échanges, non restrictivement financiers, entre l’île et l’ensemble métropolitain. Il serait en effet réducteur et inexact de se limiter à constater, comme certains ne manquent pas de le répéter à l’infini, que « la Corse coûte cher ».

On remarquera d’abord que c’est l’ensemble des territoires français qui présentent cette année encore un bilan négatif, le solde public global pour 2012 s’établissant à 98,2 milliards d’euros. La Corse est donc malheureusement loin d’être un cas isolé dans cet océan de déficit. Les transferts intérieurs présentent quant à eux un circuit complexe dans lequel notre île est tout sauf un phénomène particulier.

« À qui profite la continuité territoriale ? »

Traiter de flux financiers est toujours un travail difficile. Spontanément il nous semble qu’il serait intéressant d’approfondir un certain nombre de questions et de proposer quelques remarques. Ainsi, on notera que les retraités corses ne sont pas plus parasitaires que d’autres. Le fait que beaucoup d’entre eux aient cotisé sur le continent au cours de leur vie professionnelle avant de s’établir en Corse ne signifie en rien, malgré les apparences, d’un éventuel avantage particulier pour notre île.

Une partie des flux en provenance de l’extérieur s’adresse à des fonctionnaires et des travailleurs du privé de passage chez nous et qui en repartiront, et avec eux l’épargne rassemblée ici. Dans le même ordre d’idée on remarquera qu’une partie de l’épargne des résidents est directement placée hors de l’île, et donc non intégrée dans les évaluations macroéconomiques la concernant. De plus il conviendrait de prendre en compte la création de richesse générée par l’épargne résidente essentiellement investie hors de l’île par les circuits bancaires, et donc non imputée à cette dernière.

corsicaInfurmazione by @Lazezu

Revue de Presse et suite de l’article  : 

sur Corse Matin, sur Alta Frequenza, sur RCFM, Sur Corsica, Sur le Journal de la Corse, Sur Alcudina, sur Corsica Infurmazione/Unità Naziunale, sur France 3 Corse, Sur Corse Net Info (CNI)

Corsica Infurmazione: l’information de la Corse, des Réseaux sociaux et des Blogs politiques [Plateforme Unità Naziunale] Vous aimez cet article ? Faîtes-en profiter vos amis !

Produit CORSU E RIBELLU

bandeauribelluteeshirt (1)

Produits à partir de 13e

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
error: