Produit CORSU E RIBELLU

X

« Je vais démissionner aujourd’hui de la présidence de cette commission de contrôle, parce que j’estime que la Commission de contrôle n’a pas les moyens de fonctionner ». C’est en ces termes que Marie-Antoinette Brunelli-Santoni a annoncé sa décision jeudi 2 mai, lors d’une conférence de presse.

Pour Marie-Antoinette Brunelli-Santoni, c’est volontairement que l’Exécutif de l’Assemblée de Corse ne tient pas compte des travaux de la Commission d’évaluation et de contrôle. Selon l’élue de droite, une soixantaine d’emplois ont été créés dans les agences et offices sans l’aval de l’Assemblée de Corse.

De leur côté, les présidents d’agence et offices minimisent l’incident. Le prédécesseur de Marie-Antoinette Santoni-Brunelli estime que la commission a largement les moyens de fonctionner. « C’est un non événement (…) cette commission avait les moyens de travailler » a indiqué Jean-Louis Luciani, président de l’Office Développement Agricole et Rural de Corse (ODARC).

Revue de Presse et suite de l’article  : 

sur le JDC, Sur Alcudina, sur Corsica Infurmazione/Unità Naziunale, sur France 3 CorseSur Corse Net Info, sur Corse Matin, sur Alta Frequenza, sur RCFM

Vos Réactions, vos commentaires sur Ce forum ?

Corsica Infurmazione: l’information de la Corse, des Réseaux sociaux et des Blogs politiques [Plateforme Unità Naziunale]
Vous aimez cet article ? Faîtes-en profiter vos amis !