Produit CORSU E RIBELLU

X

Du prétoire à l’hémicycle, il y a un pas que Femu a Corsica a choisi de raccourcir. Profitant de sa double casquette – avocat d’Yvan Colonna et élu territorial – Gilles Siméoni a poursuivi sa plaidoirie dans les travées de l’assemblée de Corse, après le jugement qui a reconnu coupable Yvan Colonna. Le ton accusatoire, il a dénoncé « les procédures pénales scandaleuses » et « accusé trois hauts responsables de la police de mensonge ». C’était un J’accuse façon Émile Zola pour l’affaire Dreyfus, que Gilles Simeoni a mis en scène face aux conseillers territoriaux. Une intervention engagée, pesante et quelque peu inhabituelle dans cette institution.

.

This content is restricted to site members.

Contenu réservé aux membres

Produit CORSU E RIBELLU