X
Le président de la chambre régionale d’agriculture était ce dimanche l’invité du Cuntrastu. De la réorganisation de la profession à l’enjeu de sa mandature Joseph Colombani ne manie pas la langue de bois. Figure emblématique du monde agricole insulaire, Joseph Colombani était, hier soir, l’invité de Cuntrastu. Fraîchement élu à la tête de la chambre régionale de l’agriculture, qui pourrait se substituer, en 2018, aux deux structures départementales, Joseph Colombani a répondu aux interrogations des journalistes Sylvie Acquaviva (France 3 Corse), Roger Antech (Corse-Matin) et Alexandre Sanguinetti (RCFM). Éleveur bovin en Plaine orientale, militant nationaliste engagé, président de la FDSEA de Haute-Corse depuis 1991, Joseph Colombani a toujours été partisan d’un syndicalisme plutôt énergique, sans pour autant refuser de tourner le dos au dialogue. Durant ces trois dernières décennies, il a pris régulièrement la tête d’opérations menées avec fermeté. Son caractère bien trempé et ses actions musclées l’ont souvent propulsé sur le devant de la scène. Aujourd’hui, il a la légitimité de parler au nom de toute la profession. Et il ne s’en prive pas. Durant 52 minutes, sa voix posée a résonné pour commenter l’actualité hebdomadaire. « Situation catastrophique » Actualité marquée, encore une fois, par l’assassinat d’un élu de la République, Jean-Luc Chiappini. Joseph Colombani n’a pas manqué de dénoncer la spirale mortifère dans laquelle l’île s’est enfermée. Il estime que l’État n’a pas mesuré toute la gravité du phénomène. « L’État, comme les services de police, ont une façon de régler les problèmes en Corse qui est assez simple et dramatique. Le problème d’après, règle en partie le problème d’avant… cette situation est catastrophique « , a-t-il dénoncé. Le président de la CRA n’a pas manqué de commenter l’annulation de l’élection du président de la chambre d’agriculture de Haute-Corse, Jean-Marc Venturi – atteint par la limite d’âge – par le tribunal administratif de Bastia. « On s’y attendait », déclare Joseph Colombani, estimant que « Jean-Marc Venturi est tout à fait habilité à continuer à gérer la chambre. Est-ce que c’est important pour l’avenir de l’agriculture corse que Jean-Marc Venturi ait quatre mois de trop, 65 ans et 4 mois ? » Le nom de Christian Orsucci circule déjà pour prendre la succession de Jean-Marc Venturi au cas où son élection serait annulée. Joseph Colombani le confirme « Le successeur sera dans la même ligne et fera confiance à Jean-Marc Venturi pour continuer à gérer les affaires de la Haute-Corse ». « Renoncer à la présidence de la FDSEA » L’exercice

Produit CORSU E RIBELLU

Votre site hébergé à partir de 3€ par mois...
Votre nom de domaine offert... Pour tout paiement au comptant d'une année d'hébergement... en cliquant sur le logo IPFIXE
EuroWH hébergement internet