#Corse – TESTA VENTILEGNE – « Pourquoi faut il se mobiliser? » par Fabiana Giovannini, Femu A Corsica

Dans les années soixante, des promoteurs (SCI Monte Scopeto, Axa…) envisageaient de construire plusieurs dizaines de milliers de lits touristiques sur le domaine de la Testa Ventilegna…

Le projet déclencha une importante mobilisation populaire : depuis lors, le site est devenu un territoire emblématique de la résistance du peuple corse au tout-tourisme.

Aujourd’hui, un projet d’urbanisation comportant hôtel et installations touristiques est prévu sur une partie du territoire de la Testa appartenant encore à la commune de Figari. Femu a Corsica n’entend pas laisser menacer ce haut-lieu symbolique de la résistance aux projets spéculatifs.

« Force est de constater que la partie centrale de La Testa, qui n’est plus accessible que par le sentier du littoral, est située à la verticale des 400 hectares quela Commune a acquis. Le Collectif pour la Loi Littoral n’a pas oublié que les travaux préparatoires au futur plan d’urbanisme de Figari, publiés en 2003, prévoient d’y développer un projet touristique. Cette portion de La Testa est pour l’instant, selon l’atlas des espaces remarquables, inconstructible. Mais qu’en sera-t-il demain ? On aurait voulu constituer un écrin vert autour d’une future zone constructible et réserver les plages centrales de La Testa à ses futurs résidants qu’on ne s’y serait pas pris autrement. La Testa, un Cavallo bis ? La grande majorité des Corses s’y opposera toujours farouchement. »

Ainsis’exprimait, le 21 juin 2005, le Collectif pour la Loi Littoral qui s’inquiétait du fait que toute la partie centrale de la Testa Ventilegna n’était plus accessible au public contrairement au principe de démocratisation édicté par la loi Littoral…

7 ans plus tard, les faits lui donnent raison.

Sur sa partie communale en effet, 8,8 ha actuellement occupé par les ruines d’anciennes bergeries, la municipalité porte un projet défini comme « mixte »avec « réhabilitation du bâti existant, la relance de l’activité agricole et l’accueil d’une population diversifiée (touristique et locale) ».  Le projet envisage de créer un espace hôtelier etde restauration, un espace évènementiel et artisanal, de l’habitat sous diverses formes (réhabilitation des bergeries) et un espace agricole « intégré au sein et en périphérie duh ameau ».

L’étude rendue par le bureau d’expertise de la commune le définit comme un « projettouristique unique danssa conception : il va reconstruire l’image et l’identité de la commune ». 

Multiplication des passages en force

Pour Femu a Corsica, la portée symbolique et historique de la Testa Ventilegna en fait un combat fondamental. Les interrogations que le projet soulève font débat à différents niveaux de réflexion de l’élaboration du Padduc et vont même à l’encontre de certains principes déjà actées par l’assemblée de Corse : priorité à lapréservation des terres à fort potentiel agricole, nécessité de préciser la définition d’un hameau nouveau, cartographie des espaces emblématiques à préserver en se basant sur l’Atlas des espaces remarquables…

La multiplication – parfois dans la précipitation – de projets sujets à débats, du fait de la menace qu’ils posent, ne peut qu’interpeller quiconque cherche à aborder sereinement la question de l’aménagement du territoire. En l’absence du Padduc, document de cadrage, quiconque dispose d’un pouvoir de décision devraiten l’occurrence redoubler de prudence.

Or il n’en est rien et on a même l’impression que d’aucuns s’échignent à vouloir imposer des projets à toutes forces… dixit le projet Arone sur la commune de Piana sur une partie de la Znieff déclassée par la préfecture (heureusement projet bloquépar le ministère de l’écologie), dixit aussi le projet d’urbanisation de la commune de Borgu sur le lido de la Marana, Znieff de type 1 et espace boisé classé, dixit la demande de déclassement dans la forêt de Cotì Chjàvari…etc…

Le Padduc déterminera nos choix de développement, et la cartographie qui en découle. Ouvrir dès à présent de telles « brèches » expose au danger du fait du précédent  créé, pour la Testa Ventilegna comme pour l’ensemble des sites emblématiques deCorse, immédiatement concernés par cette « jurisprudence ».

Préserver nos terres à fort potentiel agricole

Aussi, on ne peut que s’étonner de la position des services de l’Etat dans le dossier Testa Ventilegna. Comment ne se sont-ils pas interrogé de l’avis défavorable de la Chambre d’agriculture qui défend la vocation agricole du site, estimant que l’on peut réhabiliter les anciennes bergeries pour l’installation de jeunes agriculteurs ?

De même,leur attention aurait dû être attirée par le fait que le Conseil Scientifique de l’Environnement avait dénoncé (à l’unanimité) cette enclave communale dansla Znieff et la zone Natura 2000, et du fait que ces terres soient inscrites comme « priorité n° 1 de la stratégie d’acquisition » du Conservatoire du Littoral. Ou du fait encore que l’ensemble de la Testa est entièrement incluse depuis 2003 dans une Zone Spéciale de Conservation (ZSC) d’intérêt communautaire.

Depuis des années U Levante et le Collectif pour la Loi Littoral mènent un combat par rapport aux « déclassements de protection » intervenus sur ce site.Comment ne pas penser que cela était organisé en vue d’un projet d’urbanisation ?

Pour Femu a Corsica, si le Padduc n’est pas encore validé, la région et l’Etat sont tout demême tenus de respecter la délibération de l’Assemblée de Corse sur les grandes orientations stratégiques de ce Padduc, qui mettent notamment la priorité sur la préservation des terres à fort potentiel agricole.

Pour mémoire, le site est répertorié zone agricole donc inconstructible dans les cartes Agripast et Amandier * ainsi que dans le Schéma d’aménagement de la Corse de 1992 qui est la référence juridique,valant directive territoriale d’aménagement, dans l’attente du Padduc.

Ouvrir un« hameau nouveau » à vocation touristique, quand bien même il serait qualifié de « mixte » incluant un projet agricole, pose un sérieux problème contre lequel bon nombre de Corses se mobiliseront toujours fermement.

Pour l’heure, le dossier est à l’instruction. D’ailleurs, le 28 mars dernier, le Conseil des Sites chargé de délibérer pour permettre la modification du PLU, a préféré ajourner le dossier. Pour autant, notre vigilance ne doit pas faiblir car il y aura d’autres offensives.

C’est pour cela que le Collectif a mobilisé autour de lui. 17 organisations appellent à manifester le dimanche 21 avril en organisant une Merendella de protestation sur le site.

Rendez-vous est donné au croisement de la route de Figari et de la RN 196.

Fabiana Giovannini.

*Cartographies de référence en matière de recensement des terres à fort potentiel agricole.

«Le domaine de La Testa Ventilegna a une longue histoire et une charge symbolique très forte. Il ne faut laisser la place à aucune ambiguïté. […]L’acquisition par la commune d’une partie de La Testa ne saurait préjuger de la constructibilité de cette zone. Elle ne saurait être interprétée comme un avis favorable de l’État pour quelque projet que ce soit. »

Le Préfet Lacroix en 2001.

Revue de Presse : 

 Sur Alcudina, sur Corsica Infurmazione/Unità Naziunale, sur France 3 Corse, Sur Corse Net Info, sur Corse Matinsur Alta Frequenza, sur RCFM

Vos Réactions, vos commentaires sur Ce forum ?

Corsica Infurmazione: l’information de la Corse, des Réseaux sociaux et des Blogs politiques [Plateforme Unità Naziunale] Vous aimez cet article ? Faîtes-en profiter vos amis !

Produit CORSU E RIBELLU

bandeauribelluteeshirt (1)

Produits à partir de 13e

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
error: