X
(Unità Naziunale – publié le 7 avril 2018 à 10h48) « La Terre n’appartient pas à l’Homme, c’est l’Homme qui appartient à la Terre ».  Sitting Bull. Petits arrangements au préjudice de nos espaces naturels collectifs Dans les colonnes de Nice Matin- La Corse en date du 2 avril 2018, c’est à un véritable réquisitoire contre les lois littoral et montagne que se sont livrés quelques élus d’une micro- région fortement touchée par la spéculation immobilière, la Balagne. Au- delà même de ces lois, c’est à toutes les formes de réglementations en matière d’urbanisme qu’un procès en bonne et due forme est intenté. Cette nouvelle phase de l’offensive contre les textes destinés à protéger nos espaces naturels s’est vue entamée au mois de février dernier par Jacqueline Gourault, ministre auprès du ministre de l’Intérieur.  Dans une déclaration, celle-ci évoque publiquement, la possibilité de « faire évoluer » la loi littoral. Depuis lors, des tractations se déroulent dans les arrières boutiques ministérielles. Les protagonistes connus de ces manœuvres poursuivent plusieurs objectifs : Pour les représentants de Macron, il s’agit de se gagner les bonnes grâces du président du Sénat en vue de modifications de la Constitution inscrites au calendrier de l’actuel gouvernement. Notons que Jean-Martin Mondoloni, chef de file de la droite en Corse, joue dans ces tractations un rôle très actif. Radicalement opposé à toute forme d’évolution pouvant déboucher sur l’autonomie, il exerce depuis des mois un lobbying soutenu auprès de la majorité LR au Sénat. Si le président du Sénat, s’accorde un jour à voter en faveur d’une modification de la Constitution, cela ne peut être que le fruit de marchandages politiciens. Parmi ces petits arrangements en coulisse, figurent en bonne place les éléments du programme de la droite insulaire. Enterrer la loi littoral pour encore plus de libéralisme économique Rappelons que celle-ci demeure très attachée à la mise en place d’un statut fiscal adapté à la Corse et qu’elle tient à obtenir la modification de la loi littoral. En termes plus clairs, il s’agit de réclamer et d’arracher encore plus de libéralisme en matière économique. Amplement battue dans les urnes, la droite trouve en Macron et son gouvernement de précieux relais idéologiques et pratiques. Photo illustration FONCIER BTP Dans la réalité, Jean-Martin Mondoloni, n’est que le commis de réseaux qui s’acharnent à faire main basse sur tous les rouages et secteurs économiques de notre pays. Ce qui sous-tend cette stratégie prédatrice est en priorité une politique

Produit CORSU E RIBELLU

Votre site hébergé à partir de 3€ par mois...
Votre nom de domaine offert... Pour tout paiement au comptant d'une année d'hébergement... en cliquant sur le logo IPFIXE
EuroWH hébergement internet