#Corse Ficelé dans un sac de couchage sur le tapis à bagage d’Aiacciu, Aurélien Garcia porte un écriteau « Un colis pour M. Chérèque »

(Unità Naziunale – 30 janvier 1991 – Storia Corsa) En janvier 1991, Aurélien Garcia, commissaire au développement économique de l’île est enlevé lors d’une action pacifique d’une trentaine d’agriculteur corse du SCA.

Le fonctionnaire, ficelé dans un sac de couchage aux motifs de Disney, est déposé sur le tapis à bagages de l’aéroport d’Ajaccio, en direction de Paris…

Les agriculteurs, dont Marcel Lorenzoni, le ligotent et l’enlèvent pendant 45 minutes le temps d’aller le déposer ligoté dans un sac de couchage sur le tapis à bagage de l’Aéroport.

Il porte autours du coup, une inscription « Un colis pour M. Chérèque »

François Chérèque, est alors ministre délégué, chargé de l’Aménagement du territoire et des reconversions.

Aurélien Garcia, commissaire au développement auprès du préfet de région, est nommé par décret en date du 16 janvier 1990, M. Aurélien Garcia est nommé commissaire au développement économique de la Corse. Il est envoyé en corse en mission, pour traiter les problèmes économiques. Les moyens économiques de la CADEC sont renforcés la même année.

Le mercredi 30 janvier 1991, alors que, Pierre Joxe, Ministre de l’intérieur, est remplacé par Philippe Marchand, que Jean-Pierre Chevènement démissionne de son poste de Ministre de la défense suite à la guerre en Irak et à la position de la France dans ce conflit. Le Dossier Corse passe en seconde main.

Deux incidents ont marqué la journée en corse : d’une part une cinquantaine de commerçants ont investi les locaux d’une radio privée locale à Bastia au cours d’une émission à laquelle participait le préfet de Haute-Corse, Henri Hurand. Déjà plus d’un mois de grève à l’Aéroport de Bastia. Les salariés luttent pour des emplois qualifiés, pour des emplois d’avenir pour la jeunesse Corse. Une lutte qui s’inscrit dans un combat plus général contre la dislocation de la société corse. Les commerçants passent à l’offensive suite à ce blocage de l’aéroport.

D’autre part, Aurélien Garcia, commissaire au développement de la Corse, a été enlevé et détenu pendant 45 minutes par une trentaine agriculteurs nationalistes du Syndicat Corse de l’Agriculture (SCA).

Pour le SCA, en 1991, l’agriculture est au plus bas. Elle est au creux de la vague, le constat est officiel et de notoriété publique. Les deux tiers du vignoble ont été arrachés en 10 ans.

Pour les nationalistes, l’épisode Aurélien Garcia est révélateur d’une situation dramatique pour la profession. Le mouvement national dont le SCA accuse l’Etat de vouloir liquider toue tentative de développement agricole en Corse.

Les militants du SCA débarquent ce 30 janvier 1991 à l’Assemblée de Corse. Alors qu’ils sont là pour faire savoir leur agacement sur le traitement du dossier agricole dont celui de la filière porcine, les syndicalistes croisent Aurélien Garcia, qui refuse de leur parler. Le ton monte entre les agriculteurs et Aurélien Garcia dans son bureau. Décision est prise d’aller acheter un Sac de couchage et du ruban. Le sac de couchage est imprimé Mickey Mouse, voilà pour l’anecdote.

RETOUR A L’ENVOYEUR

La camionnette qui transporte le « colis » arrive à l’aéroport et le commando le dépose tout simplement sur le tapis à bagages. Les agriculteurs lui ont attaché autour du cou une petite pancarte en carton où l’on peut lire : « Aux bons soins de M. Chérèque, ministre délégué chargé de l’Aménagement du territoire ».

La police intervient dans l’aéroport où sont présent les locaux de la PAF et des CRS arrivés en renfort sur l’île.

Aurélien Garcia est libéré. L’explication du moment est qu’il s’agit d’une action syndicale agricole « pacifique ». Les agriculteurs quittent l’aéroport sans être vraiment inquiétés sur le moment.

Le 11 mars 1991, 7 agriculteurs du SCA passent en procès, au Palais de Justice d’Ajaccio. Ils confirment l’action politique et syndicale, et ne rien n’avoir de « personnel » contre M. Aurélien Garcia. Les réquisitions du procureur Pierre-Yves Radiguet sont sévères à l’égard des 7 agriculteurs. 30 mois avec sursis pour Marcel Lorenzoni. 20 mois pour les 6 autres syndicaliste, dont Alain Ferrandi. Le tribunal rend alors son jugement et les condamne à trois mois avec sursis. Les accusés quittent le tribunal sous les applaudissements de la foule en nombre dans et devant le Tribunal. De nombreuses personnes s’étaient réunis à l’appel d’A Cuncolta et d’A Risposta.

Par décret en date du 8 juillet 1991, il est mis fin, sur sa demande, aux fonctions de commissaire au développement économique de la Corse exercées par M. Aurélien Garcia.
M. Richard Samuel est, par intérim, chargé des fonctions de commissaire au développement économique de la Corse.



Produit CORSU E RIBELLU

bandeauribelluteeshirt (1)

Produits à partir de 13e

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
error: