Produit CORSU E RIBELLU

X

(Unità Naziunale – Publié le 5 avril à 12h10) Pour Core In Fronte, la découverte de la Xylella Fastidiosa, sur des oliviers et chênes verts, met fin à l’hypocrisie de l’Etat sur la propagation réelle de cette bactérie en Corse, qui est une véritable menace pour notre agriculture et notre patrimoine forestier.

Depuis juillet 2015, et des premières alertes sur des plans végétaux, tout a été fait pour minimiser la situation, alors même que des dizaines d’arbres dépérissent sans raison dans les forêts depuis 3 ans.

Notre mouvement demande, d’ores et déjà, que le dogme européen libéral « de libre circulation » des marchandises soit revu, d’autant plus que, chaque jour, débarquent par les voies maritimes des végétaux en provenance de pays fortement contaminés, comme l’Italie ou l’Espagne.

À ce titre, la présence quotidienne, depuis plusieurs mois, des agents du FREDON, pour des contrôles phytosanitaires sur le port de Bastia, semble attester que la Préfecture avait connaissance de ce risque majeur pour la Corse.

La chape de plomb rassurante de l’Etat vole en éclats.

Face à cela, la Corse doit voir ses moyens de protection accrus :
– Plus de contrôles avec plus de personnels;
– La mise en place d’un laboratoire d’analyse habilité;
– La lutte contre les ventes sauvages;
– Une aide aux professionnels, comme les pépiniéristes, pour la production de plants locaux.

Enfin, pour Core In Fronte, l’Assemblée de Corse doit être pleinement associée au dispositif général de lutte contre la Xylella, car cette crise sanitaire annoncée témoigne, aussi, de la nécessité pour notre île d’un pouvoir législatif fort, au plus près des réalités, pour faire face notamment aux manquements de l’Etat français.

CORE IN FRONTE


 

#Corse Via Campagnola “l’ensemble de notre patrimoine végétal est en danger”