Produit CORSU E RIBELLU

X

Deux nouvelles interpellations ont eu lieu samedi 30 mars à Paris dans le cadre de l’enquête sur l’assassinat, en octobre 2012 à Ajaccio (Corse-du-Sud), de l’avocat Antoine Sollacaro. Huit personnes sont désormais interrogées dans ce dossier entre Ajaccio, Marseille et Paris.

Cinq mois après les faits, les gardes à vue se succèdent dans l’enquête très sensible sur l’assassinat de l’avocat Antoine Sollacaro. Samedi soir, huit hommes étaient en garde-à-vue -cinq à Ajaccio, un à Marseille, tandis que deux nouvelles interpellations ont eu lieu à Paris, a-t-on appris de source proche de l’enquête.

Les enquêteurs travaillent essentiellement sur une moto retrouvée abandonnée il y a quelques semaines près d’Ajaccio et qui aurait pu être celle du commando de tueurs de Me Sollacaro. Les policiers souhaitent reconstituer le « parcours » de la moto pour tenter de remonter jusqu’aux assassins. L’engin avait été retrouvé dans un ravin à quelques dizaines de km d’Ajaccio et des empreintes ont pu y être prélevées.

Ancien bâtonnier d’Ajaccio, Antoine Sollacaro, 63 ans, avait été tué par balles, en début de matinée le 16 octobre 2012, de façon très professionnelle, par un tueur à moto dans une station-service de la route des îles Sanguinaires, près du centre-ville, où il s’arrêtait tous les jours acheter le journal en venant de son domicile.

Suite et source de l’article

Vos Réactions, vos commentaires sur Ce forum ?

Corsica Infurmazione: l’information de la Corse, des Réseaux sociaux et des Blogs politiques [Plateforme Unità Naziunale]
Vous aimez cet article ? Faîtes-en profiter vos amis ! »