Produit CORSU E RIBELLU

X

Le conseil économique entre dans la bataille pour ratifier la charte des langues minoritaires.Une séance extraordinaire est prévue vendredi au Cunsigliu di a lingua.Tout un symbole décrypté par le président.

L’heure est grave. Pour la première fois, le conseil économique, social et culturel de Corse (CESC) convoque ses membres en séance extraordinaire et délocalise sa réunion à Corte. À l’ordre du jour : a lingua nustrale et surtout la non ratification par la France de la charte européenne des langues régionales et minoritaires. La réunion aura lieu ce vendredi 29 mars (à 9 heures), au siège du conseil de la langue corse. Tout un symbole décrypté par Henri Franceschi, président de ce CESC.

François Hollande a décidé de ne pas ratifier la charte des langues minoritaire. Vous êtes surpris ou déçu ?

J’ai été surpris et surtout déçu. En tant que Corse je n’ai pas apprécié cette décision et en tant que représentant de la société civile, je me suis interrogé, comme bon nombre de mes collègues, sur l’impossibilité évoquée par le gouvernement. Et s’il est impossible de ratifier la charte, on a du mal à imaginer ce qu’il adviendra des autres sujets importants pour l’avenir de la Corse.

Pourquoi le CESC s’empare du sujet et se mobilise ?

Au-delà des aspects juridiques et constitutionnels, il me semble important que les Corses, qui démontrent quotidiennement et dans tous les domaines leur attachement à leur langue, soient écoutés. La question de la langue traverse la plupart des débats de société, et notre institution, organe d’avis et de conseils de la collectivité territoriale de Corse ne peut rester indifférente sur un sujet aussi important pour la cohésion et l’avenir de notre communauté.

Suite et source de l’article

Vos Réactions, vos commentaires sur Ce forum ?

Corsica Infurmazione: l’information de la Corse, des Réseaux sociaux et des Blogs politiques [Plateforme Unità Naziunale]
Vous aimez cet article ? Faîtes-en profiter vos amis !