Produit CORSU E RIBELLU

X

La section PCF d’Ajaccio écrit au Sénateur Nicolas Alfonsi et au Député Paul Giacobbi à propos du vote sur l’accord interprofessionnel dit l’ANI.

Monsieur le Sénateur Nicolas ALFONSI

Monsieur le Député Paul GIACCOBI

Vous allez prochainement vous prononcer par un vote au sénat sur l’accord interprofessionnel dit l’ANI, signé par le MEDEF, la CFDT, la CFTC et la CGC-PME.

La loi ne peut reprendre tel quel cet accord, elle doit être amendée pour éviter la casse et la disparition du code du travail ainsi que toutes les jurisprudences qui ont enrichi ses articles pour la justice sociale et la protection des salariés.

Nous considérons que ce sont les élus de la nation qui font et votent les lois. Ce serait une lourde dérive pour la démocratie et la République que la représentation nationale se voit imposer une loi dictée par le MEDEF et ses cosignataires, cela à son seul bénéfice, Il est à noter que les organisations syndicales signataires sont minoritaires, elles ne représentent que 38% de l’ensemble des salariés.

Si cet accord était voté tel quel, il aurait de graves conséquences pour le salarié et l’emploi : – le licenciement facilité sous prétexte de compétitivité- – une mobilité imposée aux salariés – une remise en au cause des conventions collectives,, – la baisse des salaires – l’augmentation ou baisse du temps de travail (suivant le carnet de commande des entreprises s’imposera aux salariés sans réelle garantie pour l’emploi et salaires) – tout refus de proposition patronale par le salarié entraînera le licenciement immédiat – les recours en justice et aux prud’hommes. seront limités à 3 ans au lieu de 5 ans aujourd’hui, Monsieur le Sénateur, vous constatez l’inquiétude et la colère des salariés (qui ont élu cette majorité de gauche) des syndicalistes y compris de la CFDT, sont inquiets concernant ce projet.

Les Communistes de Corse-du-Sud tiennent à vous faire part de leur extrême inquiétude devant le démantèlement du code du travail,(véritable enjeu de société) et la mise en cause sans précédent des acquis sociaux.

Nous comptons sur votre sens de la justice et du respect de la démocratie, pour ne pas laisser le MEDEF dicter la loi, L’issue à une sortie de crise serait d’entendre les propositions des organisations syndicales majoritaires et non signataires, Veuillez agréer, Monsieur le Sénateur,NICOLAS ALFONSI, Monsieur le Député Paul GIACCOBI nos respectueuses salutations .

Ajaccio le 23 mars 2013

P/° la section du parti communiste le secrétaire M Maginot

 Suite et source de l’article

Vos Réactions, vos commentaires sur Ce forum ?

Corsica Infurmazione: l’information de la Corse, des Réseaux sociaux et des Blogs politiques [Plateforme Unità Naziunale]
Vous aimez cet article ? Faîtes-en profiter vos amis !