Produit CORSU E RIBELLU

X

Le modèle économique de la Corse est sapé sur ses bases. Une rupture sur le fond est nécessaire pour éviter de voir l’île et ses habitants connaître un lent décrochage de leur niveau de vie.

L’« économie résidentielle » est un modèle voué à l’échec. Cette idée, jugée parfois excessive ou infondée, sort renforcée des derniers développements de l’actualité. Ce modèle se focalise sur le diptyque « consommation-immobilier » à la fois dans le secteur privé (construction, distribution, tourisme) et dans le secteur public (emplois publics, exemptions fiscales, dépenses d’infrastructures). Il nécessite de trouver des sources sans cesses croissante de fonds extérieurs (transferts, financement…) pour alimenter son expansion. Ce modèle est celui de la Corse et actuellement un travail de sape progressif touche les uns après les autres les transferts dont bénéficie l’île. Cette somme de coupes fragilise en profondeur les grands équilibres économiques insulaires. Prenons quelques exemples. Le pilier construction est entré dans une phase particulièrement négative, qui va s’accentuant. Stocks d’invendus de promoteurs historiquement hauts, mises en chantiers en repli rapide, crédit moins abondant, marché immobiliers à prix élevés, demande extérieure atone et fiscalité de moins en moins favorable en sont les preuves. Sans tabler sur une crise « à l’espagnole », le cocktail est mauvais.

Suite et source de l’article

Vos Réactions, vos commentaires sur Ce forum ?

Corsica Infurmazione: l’information de la Corse, des Réseaux sociaux et des Blogs politiques [Plateforme Unità Naziunale]
Vous aimez cet article ? Faîtes-en profiter vos amis !