Produit CORSU E RIBELLU

X

Les meurtres continuent à défrayer la chronique des faits divers sur l’île, et les faits de racket se multiplient jusque dans les villages les plus reculés de l’intérieur comme Evisa.

Mais les juges et les avocats des juridictions corses dénoncent à l’unisson : les postes promis de nouveaux juges d’instruction ne sont pas là ; pire, ceux qui existaient jusque-là ne sont même plus pourvus !

Difficile de faire plus incohérent. Alors qu’aucune affaire ne semble progresser depuis que Manuel Valls et Christiane Taubira sont venus en Corse en réaction aux meurtres particulièrement traumatisants d’Antoine Sollacaro et Jacques Nacer, on apprend que la machine judiciaire corse part en lambeaux. En effet, le nombre de juges affectés en Corse n’atteint même pas le ratio juges/population qui existe dans la « France moyenne ». Trois juges d’instruction sont en poste au Tribunal de Grande Instance d’Aiacciu, un est décédé durant l’été 2010. Il n’a pas été remplacé. Une autre est en congé maternité. Donc, pour affronter la totalité de la délinquance de Corse du Sud, ils sont une ! Et encore, elle a fait récemment défaut pour raison de maladie, et au moment où les délits se multiplient, la solution trouvée a été de détacher un fonctionnaire de Bastia, alors que la délinquance, là-bas aussi, est au plus haut. Au total, la Corse est donc étrangement démunie, et la réponse apportée aux protestations qui se sont multipliées par le Ministère, à travers un courrier dénoncé par la presse comme une parodie d’aveuglement administratif, démontre que rien n’est parti pour changer ! Un autre dossier est illustratif de cette dérive du Ministère de la Justice : le pôle financier de Bastia perd son responsable, l’avocat général, et il n’est pas prévu qu’il soit remplacé !

Pour compléter le tableau, les incidents se multiplient à la prison de Borgu, où l’administration brille par son incompétence. Dans le huis clos carcéral où les haines se « recuisent », les errements dénoncés par les détenus, les syndicats et jusqu’à la Ligue des Droits de l’Homme nous préparent là encore des conséquences funestes.

Dans ces conditions, comment espérer que les choses changent enfin ? Des familles attendent que la justice apporte la réponse de la société après les meurtres et délits qu’elles ont subis. On ne leur laisse que le désespoir, et pire, un sentiment d’abandon totalement délétère. Pendant ce temps, les délinquants ressentent un sentiment d’impunité que rien ne vient remettre en cause, et surtout pas la cohérence de la réponse judiciaire face à la situation dramatique que connaît la Corse. Dans ce contexte, pas étonnant que les attentats liés à du droit commun repartent de plus belle. Grande surface en construction à Aiacciu, ou petit entrepreneur à Evisa, personne n’est à l’abri.

En fait, ce problème criant de moyens de l’institution judiciaire en Corse a une explication bien simple : tout est monopolisé par la JIRS de Marseille qui a eu la priorité absolue sous Sarkozy, et qui continue de l’avoir avec le gouvernement Ayrault. Cette stratégie de la justice « hors sol », censée écarter tout risque de « porosité » dans l’esprit de ses promoteurs, connaît des limites évidentes quand on constate ses taux d’élucidation extrêmement décevants. Mais le dogme est là, et la JIRS appartient à la caste des intouchables. Pourtant il est bien connu que sans un contact permanent avec le terrain, il est beaucoup plus difficile de mener des enquêtes.

Aujourd’hui la Corse n’est plus sous les projecteurs. Avec la flambée de violence qui embrase les quartiers sensibles de Marseille, la priorité médiatique, et donc politique, a changé à Paris.

La JIRS de Marseille occupe encore le devant de la nouvelle scène criminelle, mais la Corse est bien loin de ses préoccupations. Et, pendant ce temps, la situation sur l’île devient chaque jour plus difficile.

François ALFONSI

suite et source de l’article

Corsica Infurmazione: l’information de la Corse, des Réseaux sociaux et des Blogs politiques [Plateforme Unità Naziunale]
Vous aimez cet article ? Faîtes-en profiter vos amis !