Produit CORSU E RIBELLU

X

Des ménages qui rêvent d’une maison bien à eux, selon leur coeur et leur goût alors que les terrains accessibles se font rares et que les budgets se restreignent. Des communes qui ont fort à faire pour gérer au mieux l’aménagement urbain et péri-urbain. Comment concilier les attentes et impératifs des uns et des autres ?

Des éléments de réponse avec l’initiative Dumane in Casa lancée par la CAPA, qui donne lieu à une exposition, du 14 au 27 mars au Lazaret Ollandini-musée Marc Petit, à Ajaccio.

Posséder une maison individuelle. C’est encore le rêve de bien des ménages. Mais un rêve de moins en moins accessible en Corse où se pose avec toujours plus d’acuité la question de trouver un terrain constructible à un prix abordable afin de ne pas grever voire compromettre le budget prévu pour la maison elle-même. S’ajoute à cela la nécessité pour le projet de répondre aux nouvelles normes en matière de construction et de parvenir, sans se ruiner, à réaliser une habitation durable et autant que faire se peut bien intégrée à son environnement, dans laquelle se projeter dans les 10, 20 ans à venir. Cela étant, la problématique du logement individuel interpelle aussi les communes, ne serait-ce qu’à travers la question de l’aménagement et l’étalement urbain et péri-urbain.

Question de fond sur laquelle s’est penchée la Communauté d’agglomération du pays ajaccien (CAPA) après avoir adopté en 2006 son Programme local de l’habitat, destiné à permettre de tracer des lignes d’action en matière d’habitat sur son territoire, l’habitat étant appréhendé sous tous ses aspects. Qu’il s’agisse de l’action foncière nécessaire pour développer l’offre de logement, de la valorisation du patrimoine ancien, de l’amélioration de la qualité patrimoniale de la production neuve, ou de la régulation des prix… C’est dans ce cadre, explique Camille Candillier, chargée de la valorisation du patrimoine bâti à la CAPA, qu’a été lancé Dumane in Casa, sorte de « laboratoire d’idées » visant à sensibiliser et familiariser citoyens comme élus avec des réalisations qui concourent à l’amélioration du cadre de vie bâti périurbain, notamment par le respect des exigences de qualité environnementale », en mettant en avant les possibilités de réaliser des constructions « économes en énergie, en espace et en coût de construction et d’usage » mais pouvant aussi « contribuer à créer le patrimoine de demain » de par leur cohérence avec les formes d’habitat plus traditionnelles du pays ajaccien. « Il fallait ancrer cette démarche dans une dimension didactique. Que ça parle concrètement aux gens ».

suite et source de l’article

Corsica Infurmazione: l’information de la Corse, des Réseaux sociaux et des Blogs politiques [Plateforme Unità Naziunale]
Vous aimez cet article ? Faîtes-en profiter vos amis !