Produit CORSU E RIBELLU

X

La résidence secondaire de la maire (DVD) de Senlis (Oise) a été la cible d’un attentat mercredi soir à Cargèse (Corse-du-Sud), comme le chantier d’une grande surface en construction près d’Ajaccio, a-t-on appris de source proche de l’enquête.

L’attentat contre cette résidence située près de la mer en dehors de la station balnéaire a été perpétré en milieu de soirée et a été suivi d’un incendie.

Il n’y a pas eu de victime et l’attentat n’a pas été revendiqué. Les démineurs de la Sécurité civile se sont rendus sur place.

Pascale Loiseleur, qui ne se trouvait pas en Corse mercredi soir, avait acheté cette résidence fin 2012 à Cargèse, l’un des plus jolis villages de la côte occidentale de la Corse, à une quarantaine de kilomètres au nord d’Ajaccio.

Elle a été élue maire de Senlis le 23 janvier 2011 à la faveur d’une élection municipale partielle après la démission de 19 élus sur fond de mise en cause du maire (UMP) Jean-Christophe Canter, dans une enquête sur l’attribution de marchés publics.

Cibles traditionnelles des attentats, plusieurs résidences secondaires appartenant à des continentaux ont été détruites ou endommagées par des attentats depuis le début de l’année en Corse, de même qu’un camp de vacances de La Poste en Corse-du-Sud.

Plus tôt dans la soirée de mercredi, trois ouvriers travaillant sur le chantier de construction d’une grande surface de bricolage à Ajaccio avaient été commotionnés dans un attentat qui a provoqué d’importants dégâts.

Les victimes se trouvaient encore sur le chantier quand trois explosions ont retenti peu après 20h00 dans ce magasin de l’enseigne Leroy-Merlin, situé dans la commune de Mezzavia, dans la banlieue d’Ajaccio.

Elles ont été rapidement secourues et prises en charge par les pompiers.

Un important dispositif de sécurité a été mis en place autour du magasin situé en face du stade du Gazélec Ajaccio (Ligue 2). D’une superficie de quelque 9.000 m2, la grande surface devait employer 150 personnes et ouvrir en janvier 2014.

Peu spectaculaires, les dégâts sont toutefois importants, notamment sur la dalle de béton supportant l’édifice, selon les premières constatations.

Des unités de CRS ont pris position autour du chantier pour en assurer la garde jusqu’à jeudi et permettre aux techniciens de la police scientifique et technique d’effectuer à la lumière du jour des prélèvements plus détaillés, a-t-on précisé de source proche de l’enquête.

L’attentat n’a pas été revendiqué.

La grande distribution avait été la cible d’une série d’attentats le 9 septembre 2012 à Ajaccio et en Haute-Corse. Cinq magasins Leclerc, un Géant Casino et un Décathlon avaient été visés.

Le Front de libération nationale de la Corse (FLNC) avait revendiqué ces actions le 13 septembre, affirmant dans un communiqué que « le peuple corse n’a pas vocation à supporter les excès des appétits des grands actionnaires de la grande distribution ».

L’implantation des grandes surfaces est un sujet sensible en Corse, région française qui possède le plus grand nombre de supermarchés par rapport à sa population, (306.000 habitants).

Les commerçants et artisans traditionnels, notamment à Ajaccio, dénoncent la multiplication des grandes surfaces en périphérie et l’asphyxie des centres-villes.

Outre les attentats contre des résidences secondaires, des incendies criminels sont de plus en plus souvent allumés en Corse notamment contre des véhicules, comme cela s’est déjà produit à plusieurs reprises depuis janvier dans les deux départements de l’île.

Suite et source de l’article 2

(Corsica Infurmazione) 5 attentats à l’aide d’explosifs depuis le début de l’année 

Depuis le 1er janvier 2013, la Corse a connu cinq actions non revendiquées à ce jour, dans un premier temps le mercredi 13 mars 2013 avec une action contre la résidence secondaire du Maire de Senlis à Carghjese, et le plasticage du chantier du Leroy Merlin à Mezzavia à Ajaccio. Puis le 15 janvier contre des résidences d’un centre de vacances à Olmeto-Plage, à 60 km d’Ajaccio. Une action explosive contre la voiture du Maire de Popolasca le 9  janvier,  et une action contre une villa en construction à Palombaggia-Portovechio le weekend du 5 janvier

Le 12 février dernier, l’explosion accidentelle d’une cuve de gaz à Palombaggia portovecchio avait soufflé 4 villas et blessé deux personnes dont un enfant. Cette semaine une alerte à la bombe contre Corse Matin avait bloqué les villes d’Ajaccio et Bastia pendant des heures.

85 attentats, revendiqués ou non, ont été commis en Corse en 2012.

 

Corsica Infurmazione: l’information de la Corse, des Réseaux sociaux et des Blogs politiques [Plateforme Unità Naziunale]
Vous aimez cet article ? Faîtes-en profiter vos amis !