Produit CORSU E RIBELLU

X

Ces derniers jours ont connu certaines évolutions qui impacteront à terme la vie et l’organisation de la SNCM.

Le STC communique aujourd’hui sur quelques-uns des points qui lui semblent essentiels, et ce afin que les marins et les sédentaires de la SNCM, puissent disposer de tous les éléments en leur possession afin de se faire une juste opinion de la chose.

Ainsi, nous avons vu Véolia Transport céder pour un euro symbolique à Véolia environnement, le capital et les actifs de la Compagnie, autrement dit : Véolia refile « le bébé »….. A Véolia !

Pour nous, cette opération est un non évènement. Nous n’avons ni à nous offusquer du fait, ni à nous en réjouir.

Depuis la privatisation et la maitrise par Véolia de notre outil de travail, nous n’avons eu de cesse que de voir notre flotte s’amoindrir, nos actifs diminués avec par exemple la vente du siège de la SNCM.

Aujourd’hui, la venue de navires de qualité très moyenne et armés avec des pavillons étrangers, affaiblit un peu plus la position de la SNCM, et démontre si le besoin en était, que la privatisation que certains nous vendaient comme étant la panacée, n’est rien de plus que catastrophique pour nos emplois et le service public.

Vivement la fin de la privatisation et le retour au public, vivement donc, la régionalisation de notre entité.

Comment ne pas commenter également sous couvert de dialogue social, la volonté de notre Direction de passer en force sur chaque point.

Pour exemple, la fermeture sur le Casanova d’un point de vente et le retrait unilatéral de plusieurs postes que celui-ci générait. L’intervention de nos responsables à bord a su mettre un terme à cet excès de zèle.

Sans cela, la direction aurait sournoisement supprimé de l’emploi aux marins.

L’emploi pour tous, est bien évidemment pour nous une de nos priorités. En ce sens, notre organisation syndicale a de tout temps plaidé pour la mise en place d’une continuité territoriale entre la corse et la Sardaigne, ainsi qu’une autoroute des mers entre Barcelone d’une part, et l’extrême sud de l’Italie d’autre part, où les iles de Corse et de Sardaigne, joueraient le rôle de véritables piliers au sein du dispositif.

Le vendredi 8 mars 2013, s’est tenu à Propriano en présence du Gouvernement autonome Sarde et des représentants de l’office des transports, une réunion ayant trait à ce sujet.

Le STC se félicite de voir que tant les autorités Sardes que Corses, reprennent à la virgule près, toutes les propositions du STC.

Ainsi, tous ont plaidé pour la mise en place d’un groupement européen de coopération territorial (GECT).

Ce dispositif permettra la mise en place d’une continuité territoriale entre les deux iles.

De plus, il a été également proposé la mise en place d’une autoroute des mers comme précisé ci-dessus.

Nous avions sur ce point lors de différentes rencontres avec les responsables du Ministère des transports affirmé notre volonté de voir l’avènement de ce dispositif qui, serait vecteur d’emplois pour les salariés de notre entreprise.

Le STC a choisi de s’opposer à la direction à chaque fois que celle-ci portera atteinte aux intérêts des salariés, mais il a choisi également d’être force de propositions, car nous pensons que seule une structure ayant compris les enjeux du moment, pourra servir au mieux les intérêts de tous !

Rejoignez et adhérez au STC !!!!!!

Corsica Infurmazione: l’information de la Corse, des Réseaux sociaux et des Blogs politiques [Plateforme Unità Naziunale]

Vous aimez cet article ? Faîtes-en profiter vos amis !
Faites passer l’information autours de vous en cliquant sur :