Produit CORSU E RIBELLU

X

« Pour les français, la Confédération helvétique est synonyme d’un capitalisme financier dont l’attachement à la morale est assez éloigné des exigences de la doctrine calviniste.

Pourtant cette image devrait évoluer à mesure que la Confédération, l’une des plus forte, des plus anciennes et des plus authentiques démocraties d’Europe, a parfois le courage d’apporter des réponses substantielles aux vraies questions que l’on peut se poser à propos du capitalisme financier. En imposant par la voix du peuple une limitation des rémunérations abusives des salaires de leurs grands patrons, les suisses nous donnent peut-être l’exemple et nous démontrent que l’on peut concilier une économie moderne et prospère avec des exigences morales. Une rémunération sans limite des salaires des dirigeants est non seulement moralement contestable puisque ces dirigeants ne risquent pas leur argent dans l’entreprise mais celui de leurs actionnaires mais elle est également inefficace sur le plan économique puisqu’elle ne garantit aucunement une bonne gestion d’autant moins d’ailleurs que l’on a pu observer depuis quelques années qu’aucune diminution de bonus, parfois bien au contraire, ne venait sanctionner les fautes de gestion les plus criantes. C’est donc un exemple à méditer et à imiter puisque les suisses l’ont fait, il n’y a plus aucune raison que la France ne les suive pas dans cette voie. »

Suite et source de l’article

Corsica Infurmazione: l’information de la Corse, des Réseaux sociaux et des Blogs politiques [Plateforme Unità Naziunale]

Vous aimez cet article ? Faîtes-en profiter vos amis !
Faites passer l’information autours de vous en cliquant sur :