Produit CORSU E RIBELLU

X

Le film sur l’assassinat du préfet Erignac, signé Pierre Schoeller, sera diffusé ce soir sur la chaîne cryptée. Il pourrait heurter les adeptes d’une vision manichéenne de l’affaire, mais évite le folklore.

Fallait-il faire un film avec un sujet encore si ancré dans l’actualité ? Aux États-Unis l’exercice est devenu familier. La culture française est un peu différente. L’œuvre de Pierre Schoeller mêle les images d’archives et les passages scénarisés (bien plus nombreux).

La force des Anonymes c’est de laisser au spectateur la possibilité de se faire une opinion. S’appuyant sur les différentes thèses évoquées au cours d’une instruction fleuve et de multiples procès, le réalisateur les met toutes en scène. Il s’appuie sur ce qui a été le moment clé de l’ensemble de ce dossier douloureux. Les quatre jours de garde à vue des membres du commando et de leurs épouses. Alors bien sûr des mythes tombent. De toutes parts.

Rien que des êtres humains

Les militants qui voulaient donner un « sursaut » au nationalisme corse, redeviennent des hommes. Des époux qui s’inquiètent pour leurs femmes. Des pères de famille qui tremblent pour le devenir de leurs enfants. Magistralement interprétés par Didier Ferrari (Alain Ferrandi), Nathanaël Maïni (Didier Maranelli), Cyril Lecomte (Pierre Alessandri) ou Pierre-Laurent Santelli (Marcel Istria), les caractères ressortent.

#corse – « Il y a un an tout juste, les membres du commando Erignac se positionnaient contre le film de Canal+ »

#Corse – Anonymes entre documentaire et création cinématographique

#Corse : Communiqué de Marcel Istria et Didier Maranelli, prisonniers politiques corses.

Suite et source de l’article 

Corsica Infurmazione: l’information de la Corse, des Réseaux sociaux et des Blogs politiques [Plateforme Unità Naziunale]
Vous aimez cet article ? Faîtes-en profiter vos amis !