X

Finit le temps des « antifada » lancées par les militants de la Cuncolta Naziunalista, finit le temps où le FN et Cie représentaient l’ennemi viscérale de la LLN. Les temps changent et dans tous les domaines. Le FN s’exprime et peut déverser ses idées coloniales sans que cela n’émeuve plus grand monde.

France 3 Corse nous propose cette semaine un deuxième reportage sur le FN qui s’ancre dans la France Une et Indivisible. D’autres positions identiques et identitaires surfent sur le corsisme et la notion de reconnaissance d’une identité régionale tout en prônant les thèses qui ont fait les beaux jours du FN.  Ils se cachent derrière internet et les réseaux sociaux, prônant les idées de la LLN tout en y ajoutant celles du FN, puis dans des associations ou partis officiels revendiquant une Corse Blanche Européenne et Chrétienne.

Tous autant qu’ils sont, représentent la francisata… Mais parlons du derby et de ces sauvageons…

Bien avant le mouvement national, le FN se positionne pour les prochaines élections et avec des listes « Bleu Marine », le FN veut s’ancrer dans les territoires sur lesquels sont déjà ancré les forces traditionnelles. Florian Philippot, vice-président du FN, est en Corse pour lancer la campagne de 2014.  Le parti de Marine Le Pen assure pouvoir participer au scrutin dans plusieurs grandes villes de l’île. Pour le FN, José Risticoni devrait mener la liste à Ajaccio. Tony Cardi devra opter entre Bastia et Furiani.

Belles options pour les français résidents en Corse, mais quid du Peuple Corse, puisque le FN ne reconnait ni le statut de résident, ni la langue, alors la reconnaissance du Peuple Corse et de ses droits nationaux, ils ne veulent pas en entendre parler.

« Avant c’était mieux »

Petit récapitulatif d’Unità Naziunale : Début 1985, suite au gel des crédits de l’Université par le FN et la Droite à l’Assemblée de Corse, les incidents se multiplient à l’Université de Corté. Celle-ci subit les attaques virulentes du Front National et de la CFR qui entretient un climat de haine contre les nationalistes. Le 25 janvier, alors que la CSC bloque l’Université pour soutenir un étudiant arrêté le 8 septembre 84, Christian Mela, tabassé par la police et qui va être jugé pour appartenance au FLNC, un autre étudiant de la CSC, Jérôme Regetti est blessé par balles par un individu proche des milieux CFR de Corté, qui manipule un groupuscule étudiant, le CDUC, ( Comité de Défense de l’Université de Corté ). Immédiatement transféré à l’hôpital d’Ajaccio, nombreux sont les militants et sympathisants, dont moi-même, qui se déplacent à son chevet, suite à un appel des services hospitaliers organisant une collecte de sang pour lui. Le 26 janvier, les syndicats nationalistes se mobilisent en soutien aux étudiants dans la cité Paoline. Le 28 janvier, après de multiples provocations à l’encontre de la CSC, un enseignant membre de la CFR, François Piazza, pris à partie par un groupe d’étudiants, faisant croire à une violente agression contre lui, se fait évacuer par hélicoptère, dans une mise en scène destinée à montrer du doigt les « agressions des nationalistes et leur mainmise sur l’Université ». Des hommes armés de la CFR envahissent le campus sous le regard impassible des forces de l’ordre. Ils tentent de s’en prendre physiquement au Président Brighelli, accusé d’être complice des nationalistes, demandant sa démission. Plusieurs étudiants de la CSC sont dans les jours qui suivent interpellés, traduits en justice et écroués. La vive tension à l’Université gagne la Corse entière et le pire est à craindre. Des attentats sont perpétrés contre des nationalistes. A Ajaccio, le responsable du service d’ordre de la CFR, dont “ U Ribombu ” révèlera qu’il circulait dans une voiture aux vitres blindées, est abattu par deux hommes en plein jour. L’assassinat non revendiqué laisse envisager de multiples hypothèses. D’autres affrontements semblent inévitables…. http://storiacorsa.unita-naziunale.org/H1985.htm

#Corse – [Archives] Quand l’extrême droite en corse surfe sur l’identitaire et les fondamentaux de la Lutte de Libération Nationale

#Corse – Pour le FN local la « coofficialité de la langue corse est néfaste pour les corses »

«L’association France-Corse fait dans l’anticorsisme primaire» #Corse Matin

#Corse – Mobilisation en ce moment de la jeunesse contre la nouvelle CFR

 

POSITION DU FN en 2013 sur la notion de Résident, de langue et de peuple corse

POSITION de la Cuncolta Naziunalista en 1992

AnTo Turchinu Annerbatu

Corsica Infurmazione: l’information de la Corse, des Réseaux sociaux et des Blogs politiques [Plateforme Unità Naziunale]

Vous aimez cet article ? Faîtes-en profiter vos amis !
Faites passer l’information autours de vous en cliquant sur :

à suivre sur  l'application android Unità Naziunale ou bien sur ce lien mobile (Apple, tablettes...)