Produit CORSU E RIBELLU

X

La vente de la SNCM à 1 €uro revient sur le tapis en cette nouvelle année 2013. Il y a un an tout juste Corsica Libera prenait position contre cette proposition, et Jacques Faggianelli s’était exprimé à travers un « billet d’Humeur » sur Unità Naziunale que nous vous livrons un an après :

« Le conflit opposant la SNCM et la CGT entre dans sa phase finale puisque les procédures de licenciement sont engagées .Elles mettent un terme au pacte tacite armateurs – marins CGT, et annoncent la fin du lobby marseillais qui a exploité la Corse durant plus d’un siècle. Mais patatras,voilà que le président de l’actuel exécutif de l’Assemblée de Corse persiste dans son intention de demander des éclaircissements sur les conditions de rachat des navires de la SNCM.

un entêtement bien gênant,si une enquête parlementaire venait à confirmer ce que tous les Corses pensent ,à savoir que le rachat en 2005 par Veolia et Butler Capital ressemble plus à un acte de piraterie qu’à une opération de renflouement .

Un soupçon aussi explicite exigeait une réponse de la compagnie. C’est ainsi que les élus de Corse apprirent ce matin par voie de presse l’offre inattendue de céder à la Collectivité de Corse -pour l’euro symbolique-la part majoritaire de la SNCM.

Il ne s’agit pas d’un canular. A l’analyse il ne s’agit pas non plus de répondre à l’accusation de « prédation »,dont on peut penser qu’elle n’ aura que peu de conséquences,tant l’État et certains élus de la Corse ont complaisamment participé à ce marché de dupes présenté comme une œuvre philanthropique.

La commission des transports a reçu le représentant de la SNCM jeudi après-midi . Sans résultats ! Car tout le monde a bien compris la différence entre la restitution d’une flotte payée avec les deniers de la Corse et la tentative par la SNCM de se défausser d’un conflit alourdi par l’apparente fermeté de l’exécutif actuel.

Aurait-on enfin compris à l’Assemblée de Corse la contradiction rédhibitoire entre les intérêts de la Corse et ceux du port de Marseille, le tort irréversible fait à l’économie corse par le « monopole de destination » et les dégâts causés par cette fausse bonne idée de « continuité territoriale ». Aurait-on compris enfin que les Corses n’ont pas élus leurs représentants pour faire de la gestion mais bien pour faire de la politique ».

Jacques Faggianelli

sur le même sujet :

#Corse – « Un euro la SNCM », stratagème ou stratégie ?

#Corse – Reprise de la SNCM pour 1 euro : la position de Corsica Libera

#Corse – 1euro pour la SNCM : le sentiment de Force Ouvrière

#Corse – La SNCM propose sa vente pour 1 euro symbolique à la Collectivité de Corse

#Corse – 1 euro pour la SNCM : c’est pas cher !

Vous aimez cet article ? Faîtes-en profiter vos amis !
Faites passer l’information autours de vous en cliquant sur :