Produit CORSU E RIBELLU

X

Antoine Albertini revient dans un roman enquête sur l’affaire Marcelle Nicolas, l’infirmière disparue en 1979 avec son fils Yann et retrouvée décapitée en 1988 dans un caveau de Miomo, dans le Cap Corse.

A-t-elle seulement existé ? Seul son supplice semble attester de son passage sur terre. Dans son roman enquête La Femme sans tête (Grasset) qui sort aujourd’hui, Antoine Albertini donne un supplément de vie et d’âme à Marcelle Nicolas ainsi qu’à son fils Yann, disparus en 1979 dans le Cap Corse. Dans le casting macabre des faits divers insulaires, elle tient une place unique, presque effacée entre les niches sacrées des truands célèbres, les étoiles montantes du banditisme et les épouses battues à mort.

Elle est la décapitée de Miomo, celle dont le corps sacrilège avait été enfermé dans un tombeau découvert le jour caniculaire d’août 1988 lors d’un enterrement. Comme James Ellroy avait puisé dans son enfance pour reconstruire sur l’assassinat sadique d’Élisabeth Short dans le Dahlia Noir, Antoine Albertini convoque aussi cette blessure venue du passé. Âgé de treize ans au moment des faits, il se souvient de l’effroi de son père « debout » lisant avec horreur le titre du journal tonnant : « Quel est l’enfant de putain qui a bien pu faire ça ? ».

Suite et source de l’article 

Corsica Infurmazione: l’information de la Corse, des Réseaux sociaux et des Blogs politiques [Plateforme Unità Naziunale]

Vous aimez cet article ? Faîtes-en profiter vos amis !
Faites passer l’information autours de vous en cliquant sur :