Produit CORSU E RIBELLU

X

À l’annonce de l’entrée de Veolia à 66%du capital de la SNCM, Paul-Marie Bartoli, président de l’office des transports de Corse n’a pas manifesté de surprise mais espère une restructuration de la compagnie.

PaulMarieBartoliChangement de cap pour Veolia qui reviendrait à 66 % dans la SNCM. Qu’en pensez-vous ?

Je le regrette parce que j’aurai préféré que la SNCM1 soit dans Transdev plutôt que dans Veolia Environnement parce que l’État aurait alors détenu 91 % du capital de la compagnie puisque transdev est majoritairement détenu par la CDC2.

Est-ce pour autant une surprise ?

Non cela n’en est pas une parce que l’État en autorisant la CDC à augmenter sa participation au capital de Transdev a rendu un gros service à Veolia et ne pouvait pas mécontenter encore plus la CDC qui ne souhaitait pas conserver la SNCM dans Transdev. Fatalement la CDC reprenait la totalité de l’activité transport de Trasndev mais sans la SNCM. Et comme Transdev perdait beaucoup d’argent, Veolia ne pouvait pas demander plus et dire je vous laisse aussi la SNCM.

Veolia souhaitait pourtant abandonner les transports…

Il le voulait en refilant le bébé à la CDC mais il voulait aussi se désengager de la SNCM et le veut toujours mais ne peut pas avec les deux contentieux pendants. Un devant le tribunal de commerce de Paris, le second au sujet de l’argent mis sur la table par l’État au moment de la privatisation. Avec ces deux affaires, Veolia n’avait pas envie d’empoisonner davantage ses relations avec l’État en laissant la SNCM à Transdev. Nous, on l’aurait souhaité mais maintenant Veolia Environnement a le bébé sur les bras.

Suite et source de l’article 

Corsica Infurmazione: l’information de la Corse, des Réseaux sociaux et des Blogs politiques [Plateforme Unità Naziunale]

Vous aimez cet article ? Faîtes-en profiter vos amis !
Faites passer l’information autours de vous en cliquant sur :