Produit CORSU E RIBELLU

X

Le football insulaire a connu un week-end noir. Certains, qui ne nous aiment guère, avaient prédit le pire. Ils ont été entendu au-delà de toutes leurs espérances. En deux matchs et trois jours, la Corse a perdu son football. Comment pourrons- nous sortir de cette ornière ?

FrancoisAlfonsiLe derby de première division entre l’ACA et le SCB aurait dû magnifier la réussite du football insulaire. Quel autre bassin de population de 300.000 habitants dispose en Europe de deux équipes dans la première ligue d’un grand pays européen ?

On peut faire le tour de nos voisins. La Sardaigne, six fois plus peuplée, un seul club en D1 italienne. La Sicile, vingt fois plus peuplée, deux clubs, comme en Corse. Les Baléares, trois fois plus peuplées, un seul club en D1. Le tour des régions françaises donne le même constat : Savoie, trois fois plus peuplée, un seul club par entente entre plusieurs grosses communes du bord du lac Léman, Languedoc, dix fois plus peuplée, un seul club, Montpellier. La Provence, elle aussi dix fois plus peuplée, deux clubs, l’OM et Nice ; Rhône-Alpes, à la population encore plus grande, deux clubs, Lyon et Saint Etienne ; Bretagne, douze fois plus peuplée, trois clubs, Lorient, Rennes et Brest, etc…

Dans ce challenge incroyable, dont on sait à quel point il dérange en haut lieu puisqu’il canalise vers la Corse et ses 0,5% de la population française, une proportion dix fois plus importante des droits télé qui sont la plus grande part des apports financiers de nombreux clubs, l’heure devrait être à une fierté légitime. Mais la bêtise de quelques uns a tout fait basculer dans la plus triste et la plus affligeante des comédies.
Des blessés, des outrages, des expulsions, le pire a été fait. Des sanctions, des interdictions de stade, des retraits de points, le pire est à craindre. Au naufrage de Furiani, il faut ajouter la soirée terrible de Mezzavia qui a vu les quatre arbitres porter plainte contre le Gazélec. Au total, quelle terrible défaite !

Et quelles seront les suites ? Les suites disciplinaires, entre les sursis qui peuvent être révoqués, la récidive qui est bel et bien là, les joueurs dont la suspension pèsera négativement sur les matches à venir, et les préjugés qui nous poursuivent depuis des années, risquent de coûter très cher. Jusqu’à aujourd’hui en ballotage favorable pour le maintien, l’ACA et le SCB se trouveront très vite en position difficile face à leurs concurrents directs qui se rapprochent au classement. Leur maintien au haut niveau semblait en voie d’être acquis. Il est aujourd’hui lourdement hypothéqué.
Mais il y a plus grave. Les choses ont été trop loin dans les attitudes –comment ne pas être scandalisé d’apprendre que des Corses sont allés à Furiani et y ont outragé les victimes du 5 mai 1992 ?-, dans les paroles – comment a-t-on pu laisser stigmatiser les supporteurs d’en face sur les réseaux sociaux sans réagir au plus haut niveau de chaque club ?-, et dans les actes avec des voies de fait caractérisées entre joueurs dégénérant ensuite dans les tribunes.

Les communiqués des deux clubs pointent les reproches que l’un fait à l’autre. Mais, aucun responsable ne peut rejeter la faute à l’autre avant d’avoir fait son propre examen de conscience. A-t-on fait ce qu’il fallait pour isoler les fauteurs de trouble ? A-t-on encouragé l’esprit de fraternité entre les deux clubs ? A-t-on donné les consignes de retenue aux joueurs en insistant suffisamment ? A-t-on déployé les moyens adéquats, qualitativement et quantitativement, pour faire face au risque de voir ce derby dégénérer ? Dans cette affaire, ce sont les responsables qui ont failli.
Aussi, j’aurais préféré, et de loin, que l’un et l’autre s’engagent plutôt dans l’autocritique. Car, sans une bonne séance d’autocritique menée au plus haut niveau par chacun des clubs, les mêmes causes provoqueront demain les mêmes effets, et le football insulaire ne pourra en réchapper. On ne parlera alors plus de défaite, mais d’élimination !

La tournure de cette soirée, et, plus encore, celle de la polémique qui commence à enfler entre les clubs, pourraient bien emporter le football insulaire vers l’abîme. Quel gâchis ! Et quelle déception pour la jeunesse corse !

Blog François Alfonsi

Suite et source de l’article 

Corsica Infurmazione: l’information de la Corse, des Réseaux sociaux et des Blogs politiques [Plateforme Unità Naziunale]

Vous aimez cet article ? Faîtes-en profiter vos amis !
Faites passer l’information autours de vous en cliquant sur :