Produit CORSU E RIBELLU

X

Le président de la Polynésie française, Oscar Temaru, a fait, jeudi, le compte-rendu de son dernier déplacement à New York. En donnant quelques détails sur le processus de réinscription de la Polynésie française sur la la liste de l’ONU des territoires à décoloniser. 

drapeau-tahitiS’exprimant longuement, dans un premier temps, en tahitien, Oscar Temaru a indiqué avoir eu un programme “très chargé” pour ses journées passées à New York. Il a déclaré avoir rencontré les représentants d’une soixantaine de pays et est revenu également sur les “20 minutes” du discours prononcé, devant les pays non-alignés, où il a insisté sur la nécessité qu’il y a, selon lui, à réinscrire la Polynésie française sur la liste de l’ONU des pays à décoloniser.

“Notre pays y était (ndlr, sur la liste). Nous avons été retirés de cette liste de façon unilatérale en 1947. Il n’y a pas eu de négociations, il n’y a pas eu d’élections. C’est comme pour la Nouvelle-Calédonie”, a-t-il martelé à nouveau. L’Etat a, en parallèle, activé son réseau diplomatique pour contrer les démarches d’Oscar Temaru et aurait proposé une résolution faisant référence à des “Accords de Papeete” – calqués peu ou prou sur les Accords de Matignon, pour la Nouvelle-Calédonie, avec un référendum sur l’indépendance. Une résolution qui se voulait donc “consensuelle”, comme l’a reconnu le président de la Polynésie française, mais qu’il a pourtant catégoriquement refusé.

“Nous avons décidé que ce n’était pas ce que nous voulons (…) Les ‘Accords de Papeete’, nous n’en voulons pas. Nous avons déjà un statut d’autonomie, un contrat de projets. Je pense qu’il faut changer tout ça. Il y a des réformes à faire dans notre pays. C’est ce qu’on va faire. Dans notre résolution, nous demandons la réinscription de notre pays, que l’on mette en place les ‘Accords de coopération’, que la France nous accompagne, comme elle en a le devoir, si on parle de cette mission sacrée d’aider tous les peuples à se prendre en charge (…) Nous revendiquons ce qui fait l’essence même de la mise en place des Nations Unies: le droit sacré d’autodétermination”, a-t-il déclaré.

Trouver un pays présentant la résolution

Le sénateur Tuheiava, qui était aux côtés d’Oscar Temaru pour ses démarches auprès des pays membres de l’ONU, doit repartir samedi à New York, car le “travail n’est pas terminé”. Une fois que la résolution de réinscription de la Polynésie française sur la liste de l’ONU est adoptée, a-t-il expliqué, celle-ci ne pourra plus être annulée, et ce même s’il y a des changements de gouvernements en Polynésie. Il reste, toutefois, à trouver un pays qui présentera cette résolution. Oscar Temaru a laissé entendre qu’il s’agirait d’un “pays asiatique”.

Ensuite, il y aura l’étape du vote de la résolution, pour laquelle une “majorité simple” suffira, a précisé Richard Tuheiava. Le dépôt de la résolution peut se faire jusqu’en septembre, l’Assemblée générale étant en session jusqu’à cette période. Aucune date n’a donc été communiquée mais le président de la Polynésie française a toutefois souligné qu’il entendait bien “être là au moment du vote”. Oscar Temaru n’a pas détaillé la liste des pays rencontrés, citant, au passage, que deux nations, la Serbie et l’Argentine, cette dernière étant, a-t-il affirmé, sensible aux questions relatives à la colonisation, du fait du différend persistant avec l’Angleterre sur la situation des Malouines.

En tant que ministre du Tourisme, Oscar Temaru a également indiqué qu’il avait profité de son périple aux Etats Unis pour faire “du marketing, de la promotion pour notre pays“, en distribuant ici et là souvenirs et couronnes polynésiennes. La participation – ou le boycott – pour les prochaines élections territoriales de son parti, le Tavini huiraatira, devrait, par ailleurs, être discutée samedi, lors d’une “réunion d’information” prévue à Faa’a.

Suite et source de l’article

Corsica Infurmazione: l’information de la Corse, des Réseaux sociaux et des Blogs politiques

Vous aimez cet article ? Faîtes-en profiter vos amis !
Faites passer l’information autours de vous en cliquant sur :