Produit CORSU E RIBELLU

X

(Unità Naziunale – publié le 24 mars à 13h22) Des milliers de manifestants sont descendus vendredi 23 mars dans les rues de Barcelone après que la justice espagnole a incarcéré cinq dirigeants indépendantistes pour leur rôle dans la tentative de sécession de la région et lancé des mandats d’arrêts internationaux contre six autres en fuite à l’étranger.

Trois mois après les élections du 21 décembre en Catalogne, le bloc indépendantiste, sorti majoritaire des urnes, peine toujours à investir un président pour cette région de 7,5 millions d’habitants.

La justice espagnole a envoyé en prison ce vendredi Jordi Turull et d’autres de ses collègues indépendantistes. Ce député semblait pourtant sur le point d’être investi samedi à la présidence de la Catalogne. En Catalogne, les dirigeants indépendantistes sont soit en prison soit en exil.

commandez en ligne vos produits « Corsu è Ribellu » du siècle dernier

Le juge de la Cour suprême chargé de l’enquête a inculpé formellement 13 dirigeants indépendantistes pour « rébellion », une infraction passible de 30 ans de prison. Il a écroué cinq d’entre eux, dont Jordi Turull, le candidat à la présidence qui devait tenter de se faire élire au second tour par le parlement catalan samedi. Quatre autres sont déjà en prison depuis des mois.

Un juge espagnol a émis vendredi des mandats d’arrêt européens et internationaux contre six dirigeants indépendantistes pour leur rôle dans la tentative de sécession de la Catalogne, dont l’ancien président Carles Puigdemont


 

.