Produit CORSU E RIBELLU

X

Vingt-quatre bulletins. Glissés dans l’urne en un temps record. Sans hésitation. Vingt-quatre voix lundi, pour un fauteuil. Pour relever le défi. Et poursuivre l’action de Jacques Nacer. La chambre respire. A voté !

_cci_sDu monde. Des visages. Une ambiance. Et soudain, des mains qui se lèvent. Ensemble. Des mains qui battent l’air pour applaudir à tout rompre. Applaudir une femme. La première dans l’histoire consulaire de l’île à s’installer dans un tel fauteuil. A la présidence de la chambre de commerce et d’industrie de la Corse-du-Sud.

Une image encore. Belle. Symbolique. Lorsque Nathalie Carlotti, tout juste élue, tout juste plébiscitée, tout juste applaudie, se dirige vers la chaise centrale de la tribune. Cette fameuse chaise vide, désespérément vide vers laquelle tous les regards avaient convergé le 30 novembre 2012. Seize jours seulement après l’assassinat de Jacques Nacer.

Retour sur une assemblée générale extraordinaire tenue, hier, au palais des congrès d’Ajaccio. Et sur une élection qui aura été, certes, une formalité. Mais surtout une respiration. La première de la CCI, depuis le 14 novembre dernier.

24 voix et un absent

Dans une salle Sampiero-Corso comble, c’est Antoine Pietri, le secrétaire du bureau qui a assuré la mission de président par intérim depuis deux mois, qui le premier prend la parole.

Suite et source de l’article

Corsica Infurmazione: l’information de la Corse, des Réseaux sociaux et des Blogs politiques

Vous aimez cet article ? Faîtes-en profiter vos amis !
Faites passer l’information autours de vous en cliquant sur :