Produit CORSU E RIBELLU

X

Une relaxe et des peines allant d’un an de prison avec sursis à six ans ferme ont été prononcées vendredi contre les dix prévenus jugés devant le tribunal correctionnel de Paris pour leur participation au coup de force intervenu en 2011 pour chasser les dirigeants du cercle de jeux Wagram.

DossierWagramCorseMafia (2)Avec une peine de six ans de prison, le plus lourdement condamné est Jean-Luc Germani, en fuite, présenté comme l’un des héritiers de la Brise de mer, un gang corse déchiré par des rivalités à l’origine du putsch contre l’établissement de jeux parisien. Il écope également d’une amende de 100.000 euros.

Situé près des Champs-Elysées, fermé sur décision administrative quelques mois après le putsch, le Wagram est soupçonné d’avoir servi au détournement de plusieurs centaines de milliers d’euros issus des activités du banditisme corse. Germani est considéré comme le cerveau de l’opération menée le 19 janvier 2011 dans les locaux de l’établissement dont les dirigeants ont été priés, fermement mais sans violence, de quitter définitivement les lieux.

Présentés comme des « hommes de main » de Jean-Luc Germani, quatre autres prévenus, dont deux en fuite et deux en détention provisoire, ont écopé de peines allant de trente mois de prison pour trois d’entre eux et quatre ans pour le dernier.

Suite et source de l’article

Corsica Infurmazione: l’information de la Corse, des Réseaux sociaux et des Blogs politiques

Vous aimez cet article ? Faîtes-en profiter vos amis !
Faites passer l’information autours de vous en cliquant sur :