Produit CORSU E RIBELLU

X

Le président de la Fédération française de football, Noël Le Graët, a annoncé aujourd’hui qu’aucune finale de coupe nationale ne sera dorénavant plus jamais disputée un 5 mai, en hommage aux victimes de la catastrophe de Furiani. Un drame qui avait fait 18 morts et 2357 blessés à quelques minutes du coup d’envoi de la demi-finale de coupe de France Bastia-OM, en 1992.

petitionfurianisacralisationcorsecorsicaS’il n’y aura également plus de match des clubs corses sur l’Ile de Beauté ce jour-là, le collectif des victimes reste néanmoins « très remonté » contre ces mesures qu’il juge largement « insuffisantes ». « Nous sommes scandalisées par ces décisions, mais également par la forme de la communication de la FFF sur le dossier. Furiani n’est pas une affaire corso-corse ! », s’insurgent Lauda et Josepha Guidicelli, filles de Pierre-Jean Guidicelli, l’une des 18 victimes.

Le collectif, également emmené par Didier Grassi, lui aussi très en colère, va se réunir ce soir pour réfléchir à la suite à donner à son action. Pour rappel, il réclame depuis plus d’un an qu’aucun match de football professionnel ne soit dorénavant plus joué en France un 5 mai. La pétition, lancée à l’automne 2011, a recueilli à ce jour 40601 signatures (www.petitionfuriani.com).

Deux textes de proposition de loi à ce sujet ont également été déposés, l’un par le député PS Avi Assouly, l’autre par le député UMP Sauveur Gandolfi-Scheit. Il y a bientôt trois ans, les familles de victimes avaient notamment très mal vécu de voir l’OM fêter son titre de champion de France 2010 un 5 mai…

A.Jac.

Suite de l’article et du dossier  

Corsica Infurmazione: l’information de la Corse, des Réseaux sociaux et des Blogs politiques

Vous aimez cet article ? Faîtes-en profiter vos amis !
Faites passer l’information autours de vous en cliquant sur :