Produit CORSU E RIBELLU

X

La Cour d’Appel de Pau, puis la Cour de Cassation, ont validé le mandat d’arrêt européen délivré par les autorités espagnoles à l’encontre d’Aurore Martin, militante de nationalité française de l’organisation indépendantiste basque Batasuna. Elle risque 12 ans d’incarcération dans les prisons espagnoles pour s’être exprimée politiquement (dans des réunions, conférences de presse, médias) en tant que membre de Batasuna, organisation interdite en Espagne mais légale en France

L’Etat français a accepté de remettre a un autre Etat européen, l’Etat espagnol, l’un-e de ses ressortissant-e-s pour des faits qu’il ne reconnaît pas lui-même comme illégaux, des faits qui relèvent des libertés élémentaires que sont les droits d’expression, de réunion, d’opinion. C’est d’autant plus inacceptable que les juridictions espagnoles demandant le transfert d’Aurore Martin sont des juridictions d’exception, et que des cas torture ont été révélés et dénoncés par des organisations internationales (Human Rights Watch, Amnesty International, CPT…), en Espagne notamment à l’encontre des militant-e-s basques.

Sous le prétexte de la « lutte contre le terrorisme », les Etats espagnol et français et leurs appareils judiciaires, criminalisent des expressions politiques. Ils accentuent la répression alors que la gauche indépendantiste basque s’exprime et agit en faveur d’une résolution démocratique, politique et pacifique du conflit au Pays Basque.

.

This content is restricted to site members.

Contenu réservé aux membres

Produit CORSU E RIBELLU