Produit CORSU E RIBELLU

X

À la veille de la visite ministérielle, les contrôles de police et de gendarmerie se sont intensifiés dans la cité impériale. Les barrages et les hommes en faction étaient plus nombreux que de raison. Vendredi matin, un homme connu des services de police qui était équipé d’un gilet pare-balles et qui était armé d’un pistolet 11,43 mm a été interpellé par les hommes de la police judiciaire.

Selon une source proche du dossier, l’homme avait « une balle engagée dans la chambre, avait le chien relevé et avait deux autres chargeurs ». Dans la matinée, une perquisition était menée à son domicile. Placé en garde à vue, il a été entendu par les services de police et aurait justifié son port d’armes par le fait qu’il avait déjà été victime d’une tentative d’homicide. Il aura à répondre de ses actes devant la justice.

Pendant ce temps là sur Bastia, une machine à sous découverte dans un bar. C’était un contrôle des plus classiques, les services de police de Bastia inspectant régulièrement des débits de boissons afin de vérifier s’ils sont bien en règle. Mais le contrôle spontané réalisé il y a quelques jours de cela dans un bar du quartier de Lupino, un établissement des plus ordinaires, a été fructueux. L’opération a été menée par des policiers de l’unité de sécurité de proximité de la direction de la sécurité publique de Haute-Corse et des membres du groupe d’intervention régional (GIR). Elle a permis de mettre au jour la présence d’une machine à sous clandestine. Celle-ci était dissimulée dans une remise mais, en service depuis plusieurs mois, elle était manifestement connue de certains des clients du bar. Les policiers et les membres du GIR ont également découvert que le gérant du café employait, « au noir », l’un de ses proches qui, en outre, était en arrêt maladie depuis plusieurs mois. Enfin, ils ont trouvé un distributeur de cigarettes non déclaré ce qui constitue une infraction au code des douanes. Le patron de café, qui a reconnu les faits, a été placé en garde à vue puis a été remis en liberté à l’issue de son audition. Mais l’enquête n’est pas terminée, les services de police poursuivent en effet leurs investigations.

Corsica Infurmazione, L’information Corse
Vous aimez cet article ? Faîtes-en profiter vos amis !
Faites passer l’information autours de vous en cliquant sur :