Produit CORSU E RIBELLU

X

La commission électorale de l’UMP a proclamé Jean-François Copé ès-qualités de président de l’UMP, suite aux opérations électorales de dimanche. Les résultats ont été extrêmement serrés, et des anomalies ont eu lieu, notamment dans les Alpes Maritimes. Nous aurons la bonté de ne pas en faire publicité…

ump cirque corseAprès avoir revendiqué la victoire dimanche soir, François Fillon a accepté de reconnaître sa défaite lundi soir. Pourtant, il menace aujourd’hui de saisir la justice si Jean-François Copé ne cède pas la place au profit d’une direction collégiale confiée à Alain Juppé, arguant que les votes en Nouvelle Calédonie n’ont pas été pris en compte.

Or, ils ne pouvaient pas l’être. Les électeurs calédoniens ont voté par correspondance, et cette pratique n’était pas autorisée par le règlement électoral. Le scrutin ne pouvait donc pas être validé.

Ce chantage est indigne. Les méthodes de François Fillon, visant à décrédibiliser la direction élue, sont extrêmement choquantes et font beaucoup de mal à notre image publique. Les socialistes sont hilares et j’ai pour ma part honte qu’un homme d’Etat de notre famille politique se comporte ainsi.

L’UMP ne peut pas recourir à Alain Juppé. D’abord, parce que l’élection de Copé est juridiquement régulière. Ensuite, parce qu’Alain Juppé, quoique membre fondateur, n’a pas été élu et enfin, surtout, car la ligne politique de M. Juppé ne correspond pas à celle choisie par les militants, qui ont porté à plus d’un tiers la Droite Forte et la Droite Populaire.

M. Fillon souhaite une direction collégiale. Mais dans un esprit de rassemblement collégial, Jean-François Copé a lui-même, dès sa proclamation, tendu la main à François Fillon pour lui confier la charge de vice-président. Or, M. Fillon a refusé la main tendue !

Il en résulte que les manoeuvres médiatiques de François Fillon sont aujourd’hui particulièrement choquantes et bafouent l’expression démocratique des militants.

Le cirque actuel est en train de creuser un fossé extrêmement dangereux parmi nos militants, en particulier au sein des jeunes. Il est irresponsable de continuer à alimenter la division, tandis que des adhérents UMP dépités et scandalisés par ce cinéma puéril rendent leurs cartes. Quant au Front National et à l’UDI, ils voient depuis dimanche leurs adhésions exploser.

Maintenant ça suffit ! J’appelle l’ancien Premier ministre à la sagesse et à la maîtrise de ses soutiens.

Aujourd’hui, j’ai honte de mon parti.

L’UMP doit se rassembler derrière Jean-François Copé. Nous le devons à Nicolas Sarkozy, nous avons un devoir d’union, c’est ce qu’il a demandé en mai dernier à chacune et chacun d’entre nous.

Tout cela est terriblement désolant.

Alexandre-Guillaume Tollinchi

Corsica Infurmazione, L’information Corse 
Vous aimez cet article ? Faîtes-en profiter vos amis !
Faites passer l’information autours de vous en cliquant sur :