Produit CORSU E RIBELLU

X

« Montrer la capacité à réprimer la criminalité » Entretien de Paul Antoine LUCIANI premier adjoint PCF au maire d’Ajaccio dans le journal l’Humanité :

La réaction des ministres 
vous semble-t-elle à la hauteur ?

La bonne réaction, c’est le déplacement sur place le jour même. Elle montre que le gouvernement mesure la gravité de la situation. Mais s’il ne démontre pas aussi, et rapidement, sa capacité à réprimer durement la grande criminalité qui interfère dans certaines activités économiques, on peut craindre que la situation ne s’aggrave.

Ce dernier assassinat vous touche particulièrement, pourquoi ?

Je connaissais très bien Jacques Nacer. Comme président de la chambre de commerce, c’était un partenaire de la commune et nous travaillions ensemble, chacun dans son domaine de compétences, aux grands projets de développement d’Ajaccio. On ne peut faire de tri entre les victimes d’assassinat… Mais l’exécution de Jacques Nacer, compte tenu de sa personnalité et de ses fonctions, prend un relief particulier.

Il n’y a, selon vous, pas d’autre voie qu’une action publique et citoyenne en Corse. Pouvez-vous préciser ?

L’action publique, c’est d’abord la tâche de l’État qui doit combattre le crime organisé, contrôler les mouvements financiers, protéger la société. État et collectivités locales doivent également se mobiliser pour offrir des perspectives d’insertion professionnelle à la jeunesse, tentée, ici comme ailleurs, par l’argent facile. L’action citoyenne, dans mon esprit, ce sont les mille et une façons d’intervenir, collectivement et individuellement, pour développer la formation au service de l’emploi, et promouvoir une grande bataille culturelle pour le respect de la vie humaine et les valeurs de la République.

Source de l’article

Corsica Infurmazione, L’information Corse

Vous aimez cet article ? Faîtes-en profiter vos amis !
Faites passer l’information autours de vous en cliquant sur :