Produit CORSU E RIBELLU

X

Les clichés sur la Corse servent de cache-sexe à une véritable cécité intellectuelle. Position parue le 22 octobre dans le journal l’Humanité. 

Quinze morts par balles depuis le début de l’année ; une dizaine de tentatives d’assassinat ; et la liste macabre n’est, hélas, pas encore close d’ici au 31 décembre. Mais l’île n’atteindra vraisemblablement pas le triste record du milieu des années 1990, avec sa quarantaine de meurtres par an lorsque les mouvements nationalistes réglaient leurs différends à coups de 11.43, ni celui de 2006
 avec ses 43 crimes.

Rapporté au chiffre de la population le taux d’homicides dépasse de loin celui de la Sicile, alors que rien ne permet d’assimiler la Corse à ce morceau de Mezzogiorno italien, ni l’histoire, ni les structures sociales qui, ici, ont secrété la mafia dans les interstices laissés par l’État au point qu’il y a eu osmose entre les deux, celui-ci laissant à celle-là le droit de faire le droit. Alors ? Quelle explication donner à ce déchaînement de violence qui ne semble plus connaître de limites, y compris dans ses dérives les plus ignobles ? Le culte des armes 
à feu, auquel échappent de moins en moins de jeunes, plonge-t-il ses racines dans on ne sait quels gènes de « l’Homo corsicus » naturellement possédé par le démon du meurtre, quel que soit le différend l’opposant à ses congénères ? La réponse est vite trouvée et j’ai personnellement entendu un procureur général conseiller à un autre magistrat 
la lecture de Paul Bourde, journaliste au quotidien le Temps, qui dans 
les années 1880 avait écrit une série d’articles sur « l’esprit de clan ». 
Le jugement était, c’est le cas de 
le dire, sans appel : « Lisez ce livre, vous comprendrez la Corse, car rien n’a changé depuis. » Sauf qu’avec de telles certitudes le réel devient irrationnel et que les clichés 
les plus éculés servent de cache-sexe 
à la cécité intellectuelle.

Ange Rovere, Premier Adjoint au Maire de Bastia

Corsica Infurmazione, L’information Corse

Vous aimez cet article ? Faîtes-en profiter vos amis !
Faites passer l’information autours de vous en cliquant sur :