Produit CORSU E RIBELLU

X

Les travaux de démolition d’un établissement de plage du golfe d’Ajaccio construit illégalement sur le domaine public maritime (DPM) ont commencé hier.

La cour administrative d’appel de Marseille avait condamné en 2005 les propriétaires du restaurant Tamaris à remettre en état les lieux occupés illégalement sur le DPM sur la plage de la Viva dans la commune de Grosseto-Prugna sur la rive du du golfe d’Ajaccio. La cour avait ainsi annulé deux jugements du tribunal administratif de Bastia de 2002 et 2003, ordonnant la destruction de ce restaurant d’environ 600m2 de plancher comportant un étage et un sous-sol. La Direction départementale des territoires et de la mer avait engagé la procédure de démolition en application de l’arrêt de la cour administrative d’appel. La consultation des entreprises a été menée avant l’été 2012. L’engagement des travaux de démolition lourde, qui doivent durer environ quinze jours, ont commencé mardi et le chantier doit s’achever le 10 décembre au plus tard.

La destruction du bâtiment permettra à la commune, dans le cadre de la concession de plage, d’édifier un poste de secours et des toilettes publiques. Selon la préfecture, cinq établissements de plage construits illégalement, sur le domaine public maritime, selon le tribunal administratif, restent à démolir ou à démonter dans la commune de Coti-Chiavari, également sur la rive sud du golfe d’Ajaccio. En outre, 14 infractions commises par des particuliers (appontements, quais privatifs, cales de mise à l’eau, enrochements…) n’ont toujours pas fait l’objet d’une remise en l’état des lieux, a informé la préfecture.

Corsica Infurmazione, L’information Corse  sur l’afp

Vous aimez cet article ? Faîtes-en profiter vos amis !
Faites passer l’information autours de vous en cliquant sur :