Produit CORSU E RIBELLU

X

(www.unita-naziunale.org) : « Nous prenons acte, avec satisfaction de la prise de position du Rinnovu Naziunale au sujet du fonctionnement de la Commission Départementale de Consommation des Espaces Agricoles.

Cette commission, dont le rôle est d’éviter la surconsommation des terres agricoles, est détournée de sa vocation initiale du fait d’un disfonctionnement flagrant. L’état, à travers ses représentants, doit limiter son action à un arbitrage des différentes situations présentées. Il est indispensable de laisser aux acteurs du monde agricole, utilisateurs légitimes du foncier concerné, une voix prépondérante et bien évidemment décisionnaire. En tant qu’acteurs citoyens incontournables du NEBBIU CONCA D ORU, nous demandons à ce que le fonctionnement de cette instance soit corrigé rapidement en ce sens.

En effet, d’autres documents d’urbanismes concernant notre territoire seront prochainement examinés dans le cadre de cette commission, et nous serons particulièrement attentifs à son bon déroulement. Nous rejoignons donc la demande faite par le rinnovu à la CTC, d’inviter les municipalités à suspendre l’élaboration de tous les documents d’urbanisme tant que le PADDUC, qui devra être un document opposable, n’a pas clairement défini les différents zonages. Il est indispensable que l’exemple édifiant du document d’urbanisme de la commune d’OLETTA ne puisse plus se reproduire à l’avenir.

Le projet de PLU de cette commune qui a, malgré l’opposition unanime des acteurs agricoles et des associations de défense de l’environnement, reçu un avis favorable en bénéficiant de la prise de position illégitime de l’état. De façon à préciser la situation, Il nous semble indispensable de rappeler que la commune d’OLETTA compte déjà 154 HA de zones constructibles, aujourd’hui quasiment intégralement urbanisées. Le PLU demandait, sur une première version, 60 HA supplémentaires. Puis 41ha, suite aux avis défavorables émis par la chambre d’agriculture, l’INAO (en charge des AOC) et… des services de l’état, qui n’en sont plus à un paradoxe près. Soit, au final, 195 HA de constructibilité pour une commune que l’on dit rurale et attachée à son identité agropastorale. Ces déclassements sont, à l’échelle du territoire de la Conca d’Oru, d’une absolue démesure.

Il faut savoir que ces 15 dernières années ont vu déferler sur la plaine de cette commune sinistrée, des centaines de tonnes de béton, au mépris de vignobles, de prairies cultivées, de châtaigneraies et autre terres de très bonne potentialité. On ose imaginer le résultat si Oletta avait, en plus, disposé une façade littorale. Les résidences secondaires et pseudo-touristiques se sont multipliées de façon anarchique et exponentielle, allant jusqu’à menacer la survie même de certaines exploitations agricoles. Et ce ne serait là nous dit-on, que « quelques terrains déclassés pour permettre l’installation de jeunes du village ». Sur Oletta, quelques centaines de mètres carré de terre constructible émargent aujourd’hui à plusieurs centaines de milliers d’euros ! Quand on connait la réalité des salaires des jeunes corses aujourd’hui, et de la précarité de la plupart des emplois qui leurs sont proposés, il est évident que la mise sur le marché de 41 HA de terres ne sert qu’un seul et même objectif : celui de la spéculation foncière et immobilière.

Affirmer comme le fait le premier magistrat de la commune, qu’aucune activité agricole actuelle n’est impactée par les déclassements prévus est faux ! Des terres exploitées par des exploitations ovines, bovines et viticoles sont directement menacées. De plus, Justifier le déclassement de terres agricoles de très bonne potentialité au prétexte fallacieux de leur non exploitation actuelle, condamne l’agriculture de demain et révèle une vision politique et économique de court terme, étriquée, et obsolète au regard des enjeux essentiels qui attendent ce pays dans un proche avenir. Ceci constitue à nos yeux, un argument irrecevable et irresponsable. Cette conception de l’aménagement du territoire, qui s’illustre sur la commune d’Oletta, est l’exemple parfait de ce qu’il ne faut pas faire, et qui attend la plupart des communes proche d’un littoral déjà colonisé par une urbanisation importante, et rognant inexorablement sur les piémonts mécanisables et encore préservés. Enfin, nous tenons à rafraîchir la mémoire de monsieur le maire d’oletta, en lui conseillant de revoir les résultats des récentes échéances électorales (territoriales, cantonales et législatives) ou, lui et ses amis politiques ont eu l’occasion de mesurer toute la popularité de leur « vision de la corse » au sein de notre territoire. Ces mêmes élections qui ont fait du mouvement national, la première force politique du NEBBIU-CONCA D’ORU.

De façon plus générale, « l’associu un soffiu novu », fidèle a ses engagements, restera en vigilance sur l’ensemble des documents d’urbanisme du Nebbiu et de la Conca d’oru devant être examinés a l’avenir. »Alors oui, le PLU d’Oletta est un projet spéculatif, clientéliste et dangereux pour cette commune, mais aussi pour l’ensemble de ce territoire que nous nous devons de préserver. Ce patrimoine environnemental et agricole menacé constitue notre seule véritable richesse. Comment peut on faire semblant d’ignorer que la folie autodestructrice dans laquelle se trouvent plongés ce pays et sa jeunesse sont liés a la dépossession foncière, a la spéculation immobilière, au culte de l’argent facile et du profit immédiat. Nous en appelons a une prise de conscience individuelle et collective pour que cela cesse. Nous invitons la population à se manifester lors de l’enquête publique à la mairie d’Oletta qui se terminera le 28 novembre.

Un Soffiu Novu

Corsica Infurmazione, L’information Corse sur Unità Naziunale

Vous aimez cet article ? Faîtes-en profiter vos amis !
Faites passer l’information autours de vous en cliquant sur :