Produit CORSU E RIBELLU

X

L’Assemblée de Corse, aux heures des sessions, ressemble à un théâtre dont les acteurs jouent une pièce presque achevée et dont le dernier acte pourrait bien avoir pour titre « La chute ». Tout comme l’était devenue Rome avant qu’elle soit prise par les Wisigoths en 410, notre île est une société reposant sur le clientélisme et l’individualisme qui, méprisant les lois et les hommes, est vouée au déclin et à la disparition mais n’en a pas conscience.

Le Sermon sur la chute de Rome qui a valu le prix Goncourt à Jérôme Ferrari, est bien plus qu’une oeuvre littéraire, il est une représentation allégorique de cette Corse finissante que nous fabriquons tous les jours en refusant de nous remettre en cause et de nous unir autour d’un intérêt collectif. En effet, les deux personnages centraux, à l’aube de leur âge adulte, croient en la force des singularités corses, et s’imaginent pouvoir y trouver les fondements immuables de leurs vies et de leurs ambitions.

Mais, quelques années plus tard, après avoir abandonné leurs études et pris la gérance d’un bar de village, ils découvrent que leur île est un monde qui s’achève dans l’ignorance de sa propre fin et sans le cri de souffrance qui pourrait représenter le tocsin salvateur prévenant de la décadence. « Est-ce ainsi que meurent les empires, sans même qu’un frémissement se fasse entendre ? » interroge et souligne d’ailleurs Jérôme Ferrari dans une ultime parabole.

L’hémicycle de l’Assemblée de Corse, aux heures des sessions, ressemble de plus en plus fréquemment à ce bar de village. Il est un théâtre dont les acteurs jouent une pièce presque achevée et dont le dernier acte pourrait bien avoir pour titre « La chute ». On a encore pu le vérifier lors de la dernière session. Alors qu’il eût fallu de la cohésion et du réalisme pour appréhender les problèmes et les difficultés, les conseillers territoriaux ont affiché de la division et de l’incapacité à sortir d’un cadre mortifère.

Suite et source de l’article

Corsica Infurmazione, L’information Corse Sur le Journal de la Corse

Vous aimez cet article ? Faîtes-en profiter vos amis !
Faites passer l’information autours de vous en cliquant sur :