Produit CORSU E RIBELLU

X

Les deux candidats pour assurer les liaisons entre le continent et la Corse devront respecter le nouveau cahier des charges dicté par le Conseil exécutif de Corse. Le 5 octobre dernier, l’Assemblée de Corse a validé les grands principes qui guideront la desserte de service public (DSP) entre les ports corses et Marseille (environ 500.000 passagers par an).

Un contrat qui doit commencer le 1 er janvier 2014 pour une durée de douze ans. La voilure a été réduite en termes de rotations et le service complémentaire, c’est-à-dire la subvention des liaisons en période de pointe, a été supprimé, ce qui va permettre à la collectivité de réaliser 48 millions d’euros d’économies. Ce vendredi, le Conseil exécutif de Corse a fait adopter son rapport concernant, cette fois, les OSP, les obligations du service public, qui s’imposent à toutes les compagnies hors DSP.

Rotations imposées Tout armateur désirant desservir la Corse depuis Marseille, Toulon, Nice devra proposer un service maritime régulier comportant, toute l’année, un nombre minimum de rotations sans escale par semaine, quels que soient les résultats économiques de l’exploitation. Cette condition fera l’objet d’un engagement ferme. Les rotations minimales hebdomadaires à effectuer depuis l’un des trois ports du continent français sont : deux en saison d’hiver ; trois en avant-saison d’été et arrière-saison d’été et six en haute saison d’été.

Suite et source de l’article

Corsica Infurmazione, L’information Corse

Vous aimez cet article ? Faîtes-en profiter vos amis !
Faites passer l’information autours de vous en cliquant sur :