Produit CORSU E RIBELLU

X

Le Prix Nobel de la paix attribué à l’Union européenne. On aurait presque pu croire à une plaisanterie mais ce n’était pas le 1er avril et les membres du jury du Nobel sont tout sauf des rigolos Donc les faits sont là et il vaut mieux prendre le parti d’en rire car le ridicule ne tue pas. C’est l’occasion de revenir un peu sur l’histoire de ce Nobel de la paix qui a souvent été attribué à de grands hommes et à quelques grandes dames.

Pourtant, il y a déjà eu quelques noms surprenants. On se souvient de Barack Obama, en 2009, tout juste élu Président des Etats-Unis, qui n’avait donc encore rien fait pour mériter ce prix et depuis, les choses ne se sont pas arrangées. On se souvient moins de Al Gore en 2007 et de Jimmy Carter en 2002. Plus étrange en 2005 : Mohamed El-Baradei, directeur de l’agence internationale de l’énergie atomique.

Et pire, Henri Kissinger en 1973, quelques semaines après le coup d’Etat au Chili dans lequel les USA ont joué un rôle pour le moins non négligeable. Aujourd’hui, c’est le tour de l’Union européenne. Une reconnaissance pour avoir « contribué pendant plus de six décennies à promouvoir la paix, la réconciliation, la démocratie et les droits de l’Homme en Europe ». Là, on commence à tousser : ont-ils oublié l’ex-Yougoslavie, la Tchétchénie… Ah non pardon, il est vrai que, pour beaucoup de gens, l’Europe se limite aux pays membres de l’UE. Alors peu importe, qu’en 1958, ils n’étaient que 7 et qu’aujourd’hui ils ne sont encore que 27 (bientôt 28) sur les 47 que compte le Conseil de l’Europe auquel il faut encore ajouter la Biélorussie. Ont-ils oublié les conflits dans lesquels les Etats de l’UE ont été impliqués, durant ces 60 ans, un peu partout à travers le monde : l’Indochine, l’Algérie, la guerre du Golfe, l’Irak, l’Afghanistan, la Libye sans oublier les innombrables conflits en Afrique noire que les pays occidentaux ont largement alimenté.

Sans compter que plusieurs Etats membres, et non des moindres, sont parmi les principaux pourvoyeurs d’armes du monde. Sur les grandes questions soulevées à l’ONU, quand l’UE a-t-elle eu un rôle fort et surtout homogène ? Quel est son bilan en Palestine et même en Syrie ? Où est la cohérence de ses actions et de celles de ses Etats membres quand elle est incapable de les empêcher de s’engager dans des conflits armés comme on l’a vu en Côte d’Ivoire et en Libye et que l’on va sans doute le voir très vite au Mali pour ne se référer qu’aux plus récents d’entre eux.. Et s’il est indéniable qu’il n’y a pas de conflit sur son territoire au sens étroit du terme, où en sont la démocratie et les droits de l’Homme sur ce même territoire ? Comment juger la façon dont se construit une Europe forteresse qui se décharge des basses besognes sur les pays limitrophes en laissant mourir notamment en mer des centaines de personnes, au mépris des obligations internationales alors que ses bateaux patrouilles en mer pour « protéger » ses frontières ?

Comment ne pas voir que l’accord de Dublin II a transformé l’accès au droit d’asile en une loterie selon le pays dans lequel la demande est présentée : 43% de « chances » d’obtenir une protection aux Pays Bas contre 2% en Grèce. Et que dire des discriminations qui frappent les Roms, les immigrés, les musulmans ou tous ceux et toutes celles que l’on stigmatise comme tels ou encore les LGBT dans nombre d’Etats. Autant de boucs émissaires faciles pour masquer les dégâts des politiques économiques. Sans même parler de ce qui se passe en Hongrie dans un silence assourdissant. Et la paix sociale ? Alors que les politiques d’austérité frappent un nombre croissant d’hommes, de femmes et d’enfants, que le nombre de personnes en situation de pauvreté s’accroît tandis les revenus des plus riches atteignent des sommets. Et l’on pourrait parler de la violence policière qui s’abat contre ceux et celles qui osent protester comme on l’a encore vu récemment en Espagne et en Grèce. Alors, oui, quitte à me faire traiter ‘europhobe » comme tous ceux et toutes celles qui osent critiquer l’Union européenne, je dis haut et fort que pour moi, elle est indigne de ce prix et que si elle était fidèle à ses valeurs, elle devrait le refuser.

U Rossu

L’information Corse, Corsica Infurmazione

Vous aimez cet article ? Faîtes-en profiter vos amis !
Faites passer l’information autours de vous en cliquant sur :