Produit CORSU E RIBELLU

X

Le président de la cour d’assises spéciale de Paris, qui juge Yvan Colonna pour l’assassinat du préfet Erignac, a suspendu l’audience peu après sa reprise lundi matin, afin de faire traduire la lettre de menaces attribuée du berger de Cargèse dans laquelle il demande à Alessandri de l’innocenter, sans quoi ce sera la guerre.

L’audience a été suspendue une heure, afin de permettre à un magistrat de Bastia de de traduire ce courrier, écrit en langue corse et destiné à Pierre Alessandri, condamné à perpétuité en 2003 après avoir été reconnu coauteur de l’assassinat. 

.

This content is restricted to site members.

Contenu réservé aux membres

Produit CORSU E RIBELLU