Produit CORSU E RIBELLU

X

Pierre Alessandrini, le destinataire supposé d’une lettre en corse écrite par son ancien ami d’enfance Yvan Colonna, a affirmé lundi par l’intermédiaire de son avocat qu’il n’avait « jamais eu de lettre d’Yvan Colonna entre les mains ». Le magistrat a aussi précisé qu' »il dit n’avoir jamais eu de lettre saisie dans sa cellule. C’est une manipulation qui vise à déstabiliser ».

L’existence d’un courrier, écrit par le berger corse, jugé pour la troisième fois aux assises spéciales de Paris pour l’assassinat du préfet de Corse Claude Erignac en 1998, à l’un des membres du « commando Erignac » a été dévoilée par le président du tribunal vendredi soir. Depuis, l’audience a été suspendu.

.

This content is restricted to site members.

Contenu réservé aux membres

Produit CORSU E RIBELLU