X

La victoire du secrétaire national du Partitu di a Nazione Corsa (PNC), Jean Christophe Angelini, aux élections cantonales de Purtivechju des 20 et 27 mars derniers est un événement historique, un séisme politique qui vient de loin et qui ouvre, encore un peu plus, les portes de l’autonomie pour la Corse.

Le contexte de Purtivechju

 »La bataille de Purtivechju » n’a pas été un long fleuve tranquille pour les forces autonomistes, tant le clan Rocca Serra contrôlait, dominait et régnait dans le sud de la Corse depuis des décennies. Camille de Rocca Serra, actuel député UMP de l’extrême sud depuis 2002, ancien président de l’assemblée territoriale de Corse (2004-2010), ancien maire de Purtivechju (1997-2004), membre du Conseil général de Corse du Sud de 1988 à 2002 et proche ami du président Sarkozy, est celui qui voulait modifier la loi littoral en Corse pour vendre l’ile de beauté aux promoteurs immobiliers, faire de la Corse la Mallorca française et de Purtivechju, l’Ibiza insulaire. Mais il est aussi le fils de Jean Paul de Rocca Serra, maire de Purtivechju pendant un demi-siècle, sénateur puis député de la Corse du sud, Président de l’Assemblée de Corse pendant 14 ans… La liste est encore longue, la filiation familiale remontant au XVIIIème siècle! Rocca Serra est fils d’un clan au service de celui-ci qui n’a jamais œuvré pour le peuple corse. La défaite du dernier fils héritier est, en soit, déjà une victoire.

Voici 10 ans que Jean-Christophe Angelini se bat pacifiquement, publiquement et démocratiquement contre le clan le plus puissant et le plus conservateur de l’île. Toute sa force de tribun, tout son cœur d’autonomiste et toute sa passion de corse sont au service de notre combat, de notre avenir, de notre projet. Résolument autonomiste, en phase avec les revendications et les attentes populaires, ce projet de terrain, ambitieux mais réaliste est un projet autonomiste pour la Corse et pour les Corses.

A chaque élection à laquelle le secrétaire national du PNC s’est présenté, son score a progressé. En 2004, aux mêmes élections, il avait 26,86% des voix au 1er tour et 46,33% au second. Cette année, la barre des 46% ne lui échappe que de quelques voix (45,68%). Mais ce résultat, il l’obtient dès le 1er tour! Au second, il est élu avec 53,72% des suffrages, s’offrant le double luxe d’accroître encore son écart avec le candidat libéral et celui d’arriver en tête dans 3 des 4 communes du canton. Tout cela est devenu possible parce qu’à la conviction profonde des premiers militants s’ajoutent l’adhésion des sympathisants et, aujourd’hui, le soutien de tout un peuple au projet autonomiste.

Source et suite de l’article : http://pnc-ghjuventu.over-blog.com/

à suivre sur  l'application android Unità Naziunale ou bien sur ce lien mobile (Apple, tablettes...)