Produit CORSU E RIBELLU

X

Le 8 octobre 2012 (www.unita-naziunale.org) [19h00] : Corsica  Libera et l’Associu Sulidarità, par cette conférence de presse commune, dénoncent avec véhémence, l’instauration volontaire d’un climat délétère et les incessantes provocations dont sont victimes les prisonniers politiques à la prison de Borgu.

Il y a 2  semaines, nous tenions devant cet établissement une conférence de presse  qui avait pour but de   révéler  à l’opinion cette situation et d’alerter les pouvoirs public compétents afin qu’ils y mettent un terme.

Aujourd’hui nous constatons  une aggravation de ces  dérives  provocatrices  à l’encontre des prisonniers politiques.

Ces agissements orchestrés par la direction du centre pénitentiaire, ont un seul but, freiner voir empêcher le processus de rapprochement des prisonniers politiques corses en Corse.

Nous souhaitions, ainsi rappeler  aux responsables de l’administration pénitentiaire de Borgo que le rapprochement est un droit inscrit dans la loi, et que nul ne peut être au dessus de cette loi.

A propos de droit  juridique , nous nous attarderons   après la lecture  de ce texte , plus précisément sur  le scandaleux harcèlement judiciaire qui remet en cause par son ampleur  les fondements  et les principes d’une justice démocratique, scandale  fomenté  au préjudice de Carulu  Santoni et destiné à déstabiliser ce patriote,  qui est actuellement le plus ancien prisonnier  politique corse avec 16 années d’incarcération.

 Si la loi républicaine , c’est le droit et que la France est un état de droit, alors  celle-ci doit s’appliquer sur tout le territoire de la république, à chaque citoyen y compris à l’intérieur des prisons de cette même république, à  moins de considérer que les prisonniers politiques corses de par leur engagement à défendre  leur peuple, auraient été déchus de cette qualité, mais pour l’heure  au delà du débat que cette question pourrait susciter , nous n’avons pas été averti du décret d’application de cette mesure .

Et quand bien même si cela arrivait, les patriotes corses en tant que citoyens européens et du monde doivent se voir appliquer les règles universelles du respect des droits humains.

 Le degré de conscience politique des patriotes corses incarcérés  les amènent  tout naturellement à faire valoir un certain nombre de revendications pour la prise en compte de leur droit et celui de leurs familles. Cette  volonté  de pouvoir  vivre pleinement leurs droits, n’est autre que le témoignage quotidien de leur lutte pour le respect de la dignité humaine.

L’incarcération d’un être humain si elle correspond à une privation de liberté momentanée, n’est pas une privation d’existence et de tout ce qui s’y rapporte (droit à la santé, a un minimum de vie familiale, liberté de culte, liberté de penser, etc……).

Monsieur, nous vous interpellons solennellement aujourd’hui, car votre qualité de directeur  de la prison de Borgu, vous place aux  responsabilités,  qui commandent  ces inacceptables harcèlements  et mauvais traitements des prisonniers politiques corses.

De par leur maturité politique,  les patriotes corses savent que les provocations dont il font l’objet,  ont pour objectifs de faire dégénérer la situation  vers de graves  événements, afin de tenter de discréditer leur profil carcéral,  pour  par la suite ,  mieux  arguer de leur  dangerosité   et ainsi espérer  mettre des obstacles  au  retour d’autres prisonniers politiques  sur notre terre .

C’est donc en conscience et nous en sommes persuadés, qu’ils trouveront les ressources  pour ne   pas céder aux basses manœuvres dont vous vous livrez.

 La longue histoire  des prisonniers politiques corses en témoigne.

 De part leurs  attitudes  exemplaires, à  maintes  reprises, ils ont grandement  contribué à apaiser de terribles situations allant de simples conflits, à la révolte et aux grandes  mutineries dans les différentes prisons de France.

Ceci, est un fait historique,  avéré par tous les acteurs de la vie carcérale depuis des décennies et nous voulons croire que l’histoire se répète, sauf si comme vous le faite en ce moment, on tente d’en inverser le cours, par de basses  manipulations d’apprenti sorcier.

Fouilles au corps indécentes et intempestives, entraînant un légitime refus d’obtempérer, qui conduit les prisonniers au mitard, alors qu’une fouille normal  et acceptée suffirait. (Clément)

Excès de zèle et provocation  de la hiérarchie pénitentiaire,  visant à déstabiliser les prisonniers, afin d’instruire  des procédures disciplinaires. (Prétoire pour  Charles Santoni).

Fouilles inconvenantes, avec chiens  policiers, lors des visites des familles au parloir.

Harcèlement morale et provocations, incitatrices à la rébellion.etc..etc…

Aussi, nous vous demandons instamment de veiller à l’arrêt de tels  procédés  et de revenir à une situation normale.

Monsieur, vous ne pourrez empêcher à vous seul, ce que veut tout un peuple,  ce qui à été voté  à l’unanimité par ses représentants et acté par les plus hauts responsables de l’autorité de l’état Français.

Monsieur le directeur , à l’issue de l’entrevue , qui se fera  à notre demande,  le 15 octobre,  entre les présidents de la collectivité territoriale  et la Ministre de la justice ,nous espérons une réponse  favorable,   globale et définitive sur la question du rapprochement , car  Il ne peut en être autrement. Aussi  nous   vous invitons, que vous l’acceptiez ou non,  à  vous préparer à   organiser le retour de nos frères, qui sont toujours en exil carcéral, plutôt que de vous entêter  dans des attitudes dangereuses et  continuer à vouloir usurper la  loi. il est grand temps, que tous les rouages de la justice Française, tourne dans un seul et même sens, celui qui est conforme au droit et à la loi.

A l’heure actuelle, des questions fondamentales, qui sont partagées par   la grande majorité des corses, et qui concernent l’avenir de la  Corse et de notre  peuple, sont en débat.

La question des  prisonniers politiques en  est  une partie intégrante, dans la  perspective d’une  solution politique que l’ensemble des corses appellent  de leurs  vœux.

Il n’est donc  pas  pensable  que certaines personnes,  s’escriment à vouloir  créer les conditions de  saborder, cette démarche.

Aussi nous appelons tous les responsables ainsi que l’autorité concernée, à œuvrer rapidement à assainir  le climat et mettre fin aux provocations, qui sont autant de sources de tensions inutiles dans les prisons.

LIBERTA PER TUTTI I PATRIOTTI

 Corsica Libera / Associu Sulidarità

Sur le même sujet : 

#Corse – « ADN » de Carlu Santoni : Torna vignale !

Vous aimez cet article ? Faîtes-en profiter vos amis !
Faites passer l’information autours de vous en cliquant sur :