X

Le 25 septembre 2012 (www.unita-naziunale.org) [17h00]En préambule de cette conférence de presse, nous voulons dénoncer avec la plus grande fermeté l’attitude inqualifiable des forces répressives de l’état français après la rencontre Bastia-PSG du 22 septembre.Il est absolument intolérable qu’une telle suite ait été donnée à ce qui devait être, comme tous les quinze jours à Furiani, un spectacle où se rencontrent toutes les générations, y compris les étudiants, mais qui s’est pourtant soldé par de nombreux blessés. Nous attendons également avec impatience les réactions des biens pensants de la classe politique Corse, qui nous avaient pourtant habitués à condamner fermement et promptement les actions de violence.

Nous, Cunsulta di a Ghjuventù Corsa, nous engageons à combattre pour le bien-être et le respect des droits des étudiants, ainsi que pour la pérennisation de l’outil de travail qu’est l’Università di Corsica, en contribuant entre autres à la mise en place de cursus d’avenir. Nos priorités se porteront essentiellement vers le volet social, à savoir la rénovation et l’amélioration des services du CROUS de Corse (bourses, logements, …), et la lutte contre la précarité étudiante, notamment grâce à notre présence au sein de l’Aiutu Studientinu. Il nous semble anormal qu’aujourd’hui Corte soit la ville la plus chère de Corse en matière de grande distribution, alors que sa clientèle est principalement constituée d’étudiants.

Il va sans dire que la défense et la promotion de la langue, de la culture et du patrimoine corses seront le fer de lance de notre organisation. En effet, celles-ci doivent être intégrées totalement au sein de notre Université, qui se veut identitaire. C’est pourquoi nous seront également présents sur les terrains culturels et associatifs, comme ce fut le cas jusqu’à présent.

Nous revendiquons notre appartenance à la Lutte de Libération Nationale, et soutenons toutes les formes de lutte quelles qu’elles soient. De fait, nous apportons notre soutien total et sans condition à tous les prisonniers politiques, dont certains sont en ce moment même en grève des plateaux repas à la prison de Borgu.

À terme, nous souhaitons une amélioration de l’impact de l’Università di Corsica au niveau international, ainsi que la formation de jeunes à pouvoir s’impliquer dans la vie associative et politique de notre Nation. Nous nous sommes toujours positionnés contre la spéculation immobilière et la dépossession de notre terre ; c’est pourquoi nous resterons vigilants à l’évolution de la situation des « Arrêtés Miot », et nous nous réservons le droit de réagir de quelque manière que ce soit quant à la suite qui y sera donnée. L’accès à l’emploi relève également du parcours du combattant, et l’institution qui forme aujourd’hui les cadres de demain devrait pouvoir garantir aux étudiants une accession simple au marché du travail après l’obtention de leur diplôme !

Ainsi, nous revendiquons notre ouverture à l’ensemble des étudiants afin de mener nos actions à bien, et de faire de l’Università le symbole de l’émancipation de la jeunesse Corse.

LOTTA GHJUVENTÙ, L’AVVENE SÌ TÙ !


CUNSULTA DI A GHJUVENTÙ CORSA

‘Michaël Andreani – Alta Frequenza) L’un des deux syndicats de l’Université de Corse, a Cunsulta di a Ghjuventù Corsa effectuait ce matin (mardi) sa rentrée. L’occasion pour ses membres d’aborder les différents thèmes propres à la vie et aux préoccupations des étudiants cortenais. En ligne de mire, la lutte contre la précarité, de plus en plus grandissante sur le campus universitaire, avec notamment la création il y a quelques mois d’une épicerie solidaire. La CGC, au-delà de la sphère étudiante, s’attaque également aux dossiers qui touchent la société insulaire en général, comme la défense de la langue et de la culture corses, ou encore la spéculation immobilière et la prorogation des arrêtés Miot.

Écoutez les explications de Pierre Ridolfi, porte-parole de la Cunsulta di a Ghjuventù Corsa.

Prima di cumincià sta cunfarenza di stampa, vulemu dinunzià l’attitudine vergugnosa di e forze ripressive di u statu francese dopu à u scontru Bastia-PSG di u 22 di sittembre. Ghjè intullerevule chì fussi compiu cù parechji feriti ciò chì duvia esse, cum’è sempre in Furiani, un spettaculu induve s’incontranu ogni generazione, è ancu i studienti. Aspettemu dinò e reazzione di l’assennati di a classa pulitica Corsa, chì ci avianu puru abituati à cundannà in furia è cù fermezza ogni azzione viulente. Noi, Cunsulta di a Ghjuventù Corsa, pigliemu l’ingagiamentu di cumbatte per u benestà è u rispettu di i diritti di i studienti, è per a perennisazione di u nostru arnesu di travagliu, l’Università di Corsica, participendu à a messa in piazza di parcorsi d’avvene. E nostre priurità si purteranu di più versu u suciale , ch’ella sia a renuvazione è a megliuranza di i servizii di u CROUS di Corsica (borse, alloghju, …) è luttendu contru à a precarità studientina, attraversu a nostra presenza ind’è l’Aiutu Studientinu. Ùn ci pare micca nurmale chì Corti, cità studientina, sia a più custosa pè ciò chì tocca à a grande distribuzione. Di sicuru, a difesa è a prumuzione di a lingua, di a cultura è di u patrimoniu corsu fermeranu a nostra battaglia di sempre. Di fattu, devenu esse integrate cumpletamente ind’è a nostra Università, chì si rivindicheghja cum’è identitaria. Ghjè per quessa chì seremu torna presenti nant’à i terreni culturali è assuciativi, cum’è anni. Rivindichemu a nostra appartenenza à a Lotta di Liberazione Naziunale, è sustenimu ogni forma di lotta. Di fattu, purtemu u nostru sustegnu sanu è senza cundizione à tutti i prighjuneri pulitichi, di i quali certi sò in stu mument in cunflittu in a prighjò di U Borgu. Per vede di più luntanu, vulemu un impattu più maiò di l’Università di Corsica à livellu internaziunale, è a furmazione di ghjovani da pudè impignà si ind’è a vita assuciativa è pulitica di a nostra Nazione. Avemu sempre riccusatu a speculazione è a sprupriazione di a nostra terra ; ghjè per quessa chì seremu vigilenti à l’evuluzione di a situazione di l’ « Arrêtés Miot », è ci riservemu u dirittu di riagisce, quale sia a manera, di pettu à a seguita chì ci serà data. L’accessu à l’impiegu hè dinò un casticu senza nome, è l’istituzione chì forma oghje i capi di dumane duverebbe pudè assicurà i studienti d’un’ inserzione simplice ind’è a tela ecunomica isulana, dopu avè avutu u so diploma ! Cusì, rivindichemu a nostra apertura à l’inseme di i studienti pè pudè fà di e nostre idee una realità, è fà chì l’Università diventessi u simbulu di l’emancipazione di a ghjuventù Corsa.

 

*Vous aimez cet article ? Faîtes-en profiter vos amis !
Faites passer l’information autours de vous en cliquant sur :

à suivre sur  l'application android Unità Naziunale ou bien sur ce lien mobile (Apple, tablettes...)